mercredi , 24 juillet 2024

Poursuite judiciaire et détention prolongée des détenus politiques : ce que la MAOG exige


En conférence de presse ce mardi 11 juin 2024, à Conakry, la maison des associations et ONGs de Guinée (MAOG) a dénoncé la poursuite judiciaire et détention prolongée des acteurs politiques par la Cours de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).

Au cours de ladite conférence, le Coordinateur de la MAOG, Alpha Bayo, a exigé « la libération pure et simple, ou sous contrôle judiciaire de tous les détenus politiques » jusqu’à ce que les enquêtes sérieuses soient menées par l’inspection générale de l’État ou tout autre organe habilité à cet effet, en vue d’établir la culpabilité ou pas des accusés afin de déclencher l’action judiciaire.

Par ailleurs, il a également demandé la réforme profonde de la CRIEF à travers son indépendance, la neutralité et son impartialité de l’institution, le respect des décisions de justice rendues par les juridictions nationales et supranationales (décision de la cour de justice de la CEDEAO), le jugement des prévenus dans les délais raisonnables (le droit pour chaque personne d’être jugée dans un délais raisonnable), le respect des délais de détention provisoire selon les lois en la matière, l’impartialité dans les poursuites judiciaires et non uniquement contre les personnalités gênantes, la garantie de la sécurité de tous les acteurs socio-politiques même ceux qui se trouvent en exil..

Dans sa déclaration, Alpha Bayo a aussi demandé le respect du principe de la présomption d’innocence. « Nous sommes aujourd’hui dans un tournant décisif de l’histoire de notre Days, raison pour laquelle nous avons décidé de prendre notre responsabilité face à l’histoire pour défendre nos compatriotes contre l’injustice sous toutes ses formes. Nous ne sommes pas en train de dire qu’ils ne sont pas coupables des faits reprochés mais nous souhaitons que si des poursuites doivent être engagées que tous les éléments de preuves soient réunis à travers une enquête sérieuse diligentée par l’inspection générale d’État ou d’autres services en la matière. Nous demandons l’implication de la Communauté internationale, des institutions onusiennes, des diplomates accrédités en Guinée afin de jouer de tous leurs poids pour lutter contre les injustices que subissent nos compatriotes pendant cette période de transition », a interpellé Alpha Bayo.

Il faut le noter, certains dignitaires du régime d’alpha Condé défilent entre la maison central et la CRIEF.

 

DMK-ZEZE