lundi , 22 avril 2024

Université Gamal : le camp du Recteur et le syndicat réagissent face aux accusations du collectif des enseignants homologués

À travers la copie d’un mémorandum envoyée à la rédaction de votre Site d’information générale, Kaloumpresse.com, le Collectif des enseignants homologués de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) a exprimé, une fois de plus, son mécontentement face aux agissements des autorités de ladite institution d’enseignement supérieur en leur défaveur.

En effet, ces derniers accusent l’actuel Recteur, Professeur Alpha Kabinet Keïta, d’avoir écarté leurs dossiers du processus de recrutement en cours à la Fonction publique. D’après eux, c’est une situation que vivent les homologués des Institutions d’Enseignement Supérieur en République de Guinée, particulièrement ceux de l’Université, Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC), en dépit des multiples démarches faites dans ce sens.

« C’est avec un cœur meurtri que nous partageons avec vous les difficultés que vivent les homologués des Institutions d’Enseignement Supérieur en République de Guinée, plus particulièrement ceux de l’Université, Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC). Nous sommes un groupe de 35 Homologues victimes d’exploitation intellectuelle au sein de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Depuis près de 10 ans, nous travaillons sans cesse avec les professeurs des départements respectifs pour assurer la relève », ont-ils mentionné dans leur mémorandum.

Il est important de rappeler, poursuivent-ils, qu’après le cursus universitaire, l’Université nous a retenu par besoin et compétence dans les différents départements en qualité d’assistant pour les cours de TP et TD tout en bénéficiant la formation et l’intégration à la fonction publique.

« Nous sommes restés dans cette dynamique jusqu’à ce qu’on a appris que nous sommes écartés du processus de recrutement à la Fonction publique en cours, au motif que nous ne disposons pas de contrat qui nous lie avec l’Université. Et pourtant nous sommes en situation de classe, possédons des attestations de charge pédagogiques qui sont délivrées par l’institution et nos noms figurent dans les emplois du temps, nous avons même des rapports d’enrôlement biométrique du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’Innovation de février 2020, des Soit-Transmis signés par Monsieur le Recteur, dans le cadre de la formation des formateurs », a fait savoir le Collectif des homologués de L’UGANC.

En conséquent, ils demandent à ce qu’ils soient rétablis de leur droit.«Nous n’arrivons toujours pas à comprendre l’attitude des autorités de Gamal et le manque de volonté du Syndicat à défendre notre dossier. Nous demandons à ce que l’ensemble des concernés(es) soient rétabli dans leurs droits : notre engagement à la Fonction publique conformément au protocole d’accord signé par le Gouvernement et le SNAESURS en date du 20/07/2023.Nous savons cependant que vous avez ce pouvoir, et nous osons espérer que vous l’exercerez à juste valeur », ont-ils conclu.

Joint par notre rédaction hier mercredi 03 avril, Professeur Alpha Kabinet Keïta, Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry n’a pas voulu commenter cette actualité. Cependant, il nous a orienté vers un proche collaborateur qui suit cette affaire de très près depuis des années. Ce dernier, à son tour et pour des raisons stratégiques propres à lui (ce collaborateur), a préféré s’exprimer sous anonymat sur cette affaire qui défraie la chronique.

Selon lui, ces enseignements contractuels sont en train de charger à tord l’actuelle première autorité de l’UGANC dont elle n’est responsable rien dans cette affaire. « Normalement le syndicat des enseignants va s’exprimer sur cette affaire parce que c’est lui qui suit ces dossiers là. Je pense que le Recteur est, malheureusement, en train de subir un peu les conséquences de la gestion de l’ancienne équipe du Rectorat. En fait, lui, il a trouvé ces contractuels-là à l’Université.

Et ce n’est pas le Rectorat qui engage les gens à la Fonction publique. Donc, naturellement le syndicat des enseignants est en train de suivre ces dossier depuis la première grève qui a été déclenchée dans les différentes Universités. Pour leur prise en compte, le syndicat a fait la liste de ces gens-là, moi-même j’avais suivi ça étant contractuel et je suis toujours contractuel à Gamal. À l’époque, ils ont pris la liste des uns et des autres pour essayer de se mettre autour du syndicat pour aller en synergie vers la Fonction publique pour leur engagement.

En réalité, le Recteur leur a trouvé dans cette situation et le syndicat est avec eux. Depuis des années, c’est le même syndicat. Certe, des responsables sont changé à partir d’une élection mais ce sont les mêmes membres du syndicat dans lesquels ils sont et qui sont en train de suivre leurs dossiers. Le Rectorat n’a pratiquement rien à voir dans ça. Par contre pour le recrutement à la Fonction publique, c’est carrément le Ministère qui le gère, tout le monde le sait. Ils sont en train juste de charger le Recteur parce qu’ils sont dans l’Université, puisque c’est le côté faible de la montagne », a déclaré en off notre interlocuteur.

Joint également ce jeudi 4 avril, à propos, le secrétaire général du syndicat des enseignants chercheurs homologués de Gamal, Mohamed Pivi Traoré a déclaré que ces enseignements ne sont pas homologués à l’UGANC. « Ce que je peux vous dire, c’est des gens qui ne sont pas homologués à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) », a tranché Mohamed Pivi Traoré, secrétaire général du syndicat enseignants à Gamal.

Par ailleurs, promet de faire des battage médiatique, de son côté, sur cette affaire. Il a déclaré qu’il va revenir largement sur cette affaire d’une interview qu’il va accorder à Kaloumpresse pour mieux comprendre cette histoire d’une part, et l’autre côté il promet de passer dans les autres médias dans lesquels ces homologués sont passés pour donner sa part de vérité. « Vous allez me suivre ces jours-ci. Les radios dans lesquelles ils sont passés là, je passerai là-bas également dans deux ou trois jours », a promis Mohamed Pivi Traoré.

 

Mamadou Kouyaté

628 38 09 89