dimanche , 21 avril 2024

À la Une : la réélection de Poutine vue d’Afrique


« Au moins 87% des suffrages exprimés pour un taux de participation de plus de 73% : Vladimir Poutine, 71 ans, a donc été réélu, pardon plébiscité », s’exclame WakatSéra à Ouagadougou. « Cette moisson de voix (…) n’est pas une surprise. C’est même le contraire qui aurait étonné à Moscou, mais aussi sous les tropiques, où les élections sont pour la plupart de véritables simulacres pour faire croire à la bonne implantation de la démocratie (…). Cela fait 24 ans que Vladimir Poutine est au pouvoir en Russie et il y sera encore autant d’années qu’il le veut, sauf tsunami. »

Et WakatSéra de hausser le ton : « en lieu et place d’une compétition saine, où les programmes de gouvernance doivent constituer la seule boussole pour les potentiels électeurs, c’est la corruption, c’est l’achat des voix et ce sont les propositions indécentes de strapontins qui font la différence. Les opposants, qu’ils soient farouches ou modérés, n’ont d’autre univers que la prison, s’ils tiennent à vivre dans leur pays. Les moins chanceux, comme l’opposant Alexeï Navalny, sont envoyés six pieds sous terre (…). »

Voilà pour la réaction plutôt ferme de WakatSéra. Le quotidien Aujourd’hui, toujours au Burkina, reste plus mesuré : « en Afrique, cette réélection de Poutine (…) prend un relief particulier, affirme-t-il, car Poutine incarne la nouvelle donne géopolitique sur le continent avec une présence et une influence plus accrue. L’AES, l’Alliance des États du Sahel (qui regroupe le Mali, le Niger et le Burkina Faso) dont le lancement bouleverse les relations dans la sous-région ouest africaine, l’AES se trouve revigorée. »

Le Niger ne veut plus de militaires américains sur son sol. Et c’est dans ce contexte pro-russe que le Niger a annoncé samedi qu’il rompait ses accords de défense avec les États-Unis…

« L’annonce a été faite par le porte-parole militaire du pouvoir, le colonel Amadou Abdramane, portant un coup dur aux intérêts de sécurité américains dans la région », relève L’Evénement Niger qui rappelle que « l’armée américaine compte environ un millier de militaires travaillant au Niger (…). Notamment dans la base aérienne d’Agadez, à environ 920 kilomètres de la capitale Niamey. »

« Une chose est sûre, estiment pour leur part Les Echos du Niger, dans un proche avenir, les soldats américains devront plier bagages comme leurs homologues français. Ils seront peut-être remplacés par des troupes russes qui sont déjà présentes au Mali et au Burkina-Faso. »

Commentaire cinglant du site MouryaNiger : « la diplomatie de la “grande Amérique“ est en perte de vitesse dans le monde, tout comme celle de la France. (…) Washington et Paris doivent profondément revoir leur diplomatie guerrière et paternaliste, qui a atteint ses limites objectives après plus de 20 ans de violence, d’injustice, d’ingérence, d’exploitation, d’impunité, de corruption et de mensonges grossiers. »

Le site Actu Niger renchérit : « en promouvant les idées de leur conception personnelle de la “démocratie“, les États-Unis n’apportent en fait que le chaos par lequel ils peuvent plus facilement réprimer et dominer. Les autorités de la transition du Niger ont choisi une voie différente ; elles recherchent la souveraineté et la coopération avec les pays de l’AES. »

« Après donc les Français, les Américains… », pointe L’Observateur Paalga. « La goutte d’eau qui aurait fait déborder le vase serait le survol sans autorisation de l’avion qui transportait la délégation officielle américaine qui a séjourné au Niger la semaine passée. Conduite par Molly Phee, la sous-secrétaire d’État américaine en charge de l’Afrique, l’équipe était composée d’une responsable du Pentagone et du commandant en chef de l’Africom. Les émissaires de Washington, qui nourrissaient de grands espoirs de rencontrer l’homme fort du Niger, le général Abdourahamane Tiani, avaient prolongé leur séjour d’une journée. C’était peine perdue. Leur mission s’est terminée en queue de poisson puisqu’ils sont repartis sans avoir été reçus. Il faut dire que tous les ingrédients d’un divorce étaient réunis, relève encore L’Observateur Paalga, puisque l’Oncle Sam reproche à son partenaire nigérien des relations problématiques à ses yeux avec la Russie de Poutine et l’Iran des Ayatollah, sur fond de suspicion de trafic d’uranium. (…) Les Américains partis, et comme la nature a horreur du vide, on imagine déjà que l’Africa Corps, ex-Wagner, est en train de toquer à la porte. »

 

AFP