lundi , 22 avril 2024

Timbo : Abdoulaye Sadio Barry lance la première édition de la journée de l’union

La troisième édition de la Zihara du Fouta s’est tenue le vendredi dernier à Timbo, une sous-préfecture de la préfecture de Mamou dans la région du même nom. À la faveur, de cette rencontre religieuse qui a mobilisé des fils et filles du Fouta ainsi que des ressortissants des trois autres régions naturelles du pays, la journée de l’Union a été organisée au lendemain de l’événement, le samedi. Selon Abdoulaye Sadio Barry, initiateur de cette rencontre, la démarche vise à unir davantage la population guinéenne en général et celle du Fouta en particulier.

« Ce tournoi, cette compétition, c’est pour essayer de booster l’instinct de solidarité, de fraternité qui caractérise les Guinéens en général. Parce que moi, avant mon départ pour les études à l’étranger, si vous passez devant n’importe quelle famille, si c’est l’heure du repas vous êtes de tout suite conviés à manger. Si vous dîtes non vous ne mangez pas, certains se fâchent contre vous. Qu’il soit Sow, Barry, Diallo, Condé, Camara, Kouyaté, Guilavogui, la Guinée a cette caractéristique là connue de tout le monde. C’est pourquoi nous devons œuvré pour qu’ensemble, nous soyons un pays heureux, un peuple prospère. Vous savez que la solidarité fait partie de notre devise. Elle est le fondement même de l’humanité », a fait savoir le président du parti Bloc pour l’alternance en Guinée (BAG).

À cette occasion, le président du parti B.A.G a envoyé un message à la population. « Ce que je voudrais dire, c’est que pour des raisons politiques dans les dix dernières années, on a commencé par-ci par-là à dire : vous vous êtes des Djalonkés, vous vous êtes des Diakankés, vous vous êtes des Peulhs etc, votre origine c’est par-ci par-là. Obama a été président aux Etats Unis et tout le monde connaît son origine (Kenya). Les Blancs qui nous détestaient ont accepté de voter massivement pour lui dont le père est venu d’un pays africain, alors que nous nous sommes de la même Race, du même peuple. Si nous nous n’acceptons pas, nous ne cultivons pas cette égalité, cette fraternité entre nous et que nous essayons de faire la promotion de la division, du clanisme, notre pays ne pourra jamais s’en sortir et nous resterons toujours dans le malheur. Ce que je ne souhaite vraiment pas. Si vous remarquez, la Guinée dans la sous-région c’est le pays le plus doté en richesse par Dieu. Malheureusement, nous sommes les derniers de tous les pays, même ceux qui sont sortis de la guerre civile sont plus prospères que la Guinée aujourd’hui, pourquoi ? C’est parce que nous n’avons jamais réussi à nous unir et travailler comme un peuple », a dénoncé Abdoulaye Sadio Barry.

Au cours de cette journée de l’Union, six équipes composée de neuf membres chacune ont été mise en competition de course sur une distance de trois Kilomètres. Ladite course est parti de Diwanou Kononto à la maison des jeunes de Timbo.

Au terme de la course suivie de la proclamation des résultats, chacun des neuf membres de la première équipe victorieuse a eu deux millions francs guinéens, les membres de la deuxième équipe ont eu un million, chacun, ceux de la troisième équipe ont eu cinq cents mille, chacun, les membres de la quatrième et cinquième équipes ont eu chacun trois cents mille francs guinéens. Chacune des membres de l’unique équipe féminine qui était également composée de neuf personnes a eu deux millions francs guinéens.

« Cette journée de l’union pour moi devrait marquer l’avènement d’une nouvelle ère. C’est-à-dire à la place des conflits, de la confrontation, de la division, nous devons la solidarité, le travail d’équipe. Nous sommes un peuple donc nous devons travailler en équipe. C’est pourquoi nous avons dit que les équipes ne peuvent gagner que si tous les membres de chacune d’elle se soutiennent jusqu’à la ligne d’arrivée. Et c’est ce qui fut fait. C’est comme le football, la Coupe d’Afrique des nations ou celle mondiale. Chaque nation à une équipe de onze joueurs y compris le gardien sur le terrain. Quand elle gagne, c’est la nation entière qui a gagné et quand elle perd, c’est la nation entière qui a perdu. Notre ambition, notre souhait est que la Guinée soit réellement un peuple solidere et fraternel où la prospérité sera mesurée par la situation du plus faible », a déclaré Abdoulaye Sadio Barry, président du parti Bloc pour l’alternance en Guinée (BAG).

Pour sa part, la première autorité de la sous-préfecture de Timbo a invité la jeunesse de la localité a soutenu et accompagné ce fils ressortissant.

« On soutien l’initiative et on l’apprécie. La transition, on n’a pas besoin de mamaya. Tout ce qu’on a besoin, c’est la cohésion et la paix. Ce n’est rien ça. Tout ce que je demande à la jeunesse de Timbo, c’est de m’accompagner pour qu’on puisse développer cette sous-préfecture. Ce qui m’a surtout marqué dans cette compétition sportive (la course), c’est le respect de la part de la jeunesse de Timbo et puis la volonté, le courage pour avoir accompagné leur frère afin qu’il puisse atteindre son objectif qui n’est que la paix, rien que la paix », a soutenu capitaine Mohamed Chérif Haidara, sous-préfet de Timbo.

L’équipe B qui a été sacrée championne a exprimé sa grande joie à travers le chef de ladite équipe pour avoir remporté la première place. De l’autre côté,Fatimatou Barry, porte parole de l’équipe féminine, a également exprimé la joie de la junte féminine.

« Nous sommes très déterminées. Parce que nous pensons que nous allons beaucoup d’autres filles de Timbo qui participent cette compétition, mais cela n’a pas été le cas. Nous nous étions venues pour gagner la première place et on l’a obtenu. Nous avons décidé de valoriser le mode vestimentaire traditionnel du Fouta et la culture de la région parce que nous sommes fières d’être des Guinéennes et nous sommes fières d’être du Fouta Djalon. La tenue traditionnelle que nous portons symbolisent la paix, l’unité nationale et la cohésion sociale de toutes ethnies qui y cohabitent. Notre équipe est composée de Nous sommes neuf (9) filles parmi lesquelles, nous avons des Peulhs, Malinkés, Soussous et des Forestières. Cela veut dire que nous nous voulons qu’il ait la paix entre les Communautés et non l’ethnocentrisme. Nous demandons aux jeunes filles de prendre part et façon massive à la prochaine rencontre », a déclaré Fatimatou Barry.

 

Djely Mamadou Kouyaté

628 38 09 89