samedi , 13 avril 2024

Conakry : le quartier minière « pris en otage par des bérets rouges», 7 journalistes mis aux arrêts

Le syndicat de la presse professionnelle de Guinée (SPPG) a appelé une manifestation ce jeudi 18 janvier contre le brouillage des médias et la restriction de l’Internet.

Pour tuer ce mouvement de protestation des professionnels de l’information et de la Communication dans l’œuf, des forces de l’ordre ont été déployés par endroit à Conakry.

C’est le cas, de la maison de la presse situé au quartier minière dans la Commune de Dixinn où plusieurs journalistes y étaient pour suivre le mot d’ordre du secrétaire général du SPPG à travers une déclaration. C’est de cours de ce processus de communication qu’ils y ont débarqué. Au cours de leur opération, sept (7) journalistes de la presse privée, selon le chargé de communication du SPPG.

Parmi ces journalistes arrêtés, on peut citer : Foulamory Bah du courrierdeconakry, Minkael Barry du vérificateur, un journaliste du groupe Djoma et deux autres de Kaback TV, apprend-t-on.

« Nous l’avons dit hier, la maison de la presse est le point de départ du bureau national et des journalistes. Nous avons pris toutes les dispositions de discipline. Vous avez vu, nous sommes dans un quartier résidentiel (minière) qui est transformé aujourd’hui en un camp militaire, les bérets rouges ont pris le quartier en otage, tout est quadrillé, on cherche a violenter les journalistes qui n’ont que des caméras et des micros. », a dénoncé Sékou Jamal Pendéssa, secrétaire général du SPPG.

 

DMK