mardi , 27 février 2024

CAN 2024 : les champions sénégalais à l’épreuve de la pression pour leur entrée en lice

Vainqueurs de la première Coupe d’Afrique des nations de son histoire en 2022 au Cameroun, le Sénégal remet son titre en jeu en Côte d’Ivoire. Dans le groupe C, les Lions affrontent leurs voisins gambiens ce lundi 15 janvier à Yamoussoukro. Et ils se savent attendus, alors que les récents champions d’Afrique ont presque tous connu de gros déboires après leur titre.

C’est un Aliou Cissé confiant, au moins en apparence, qui s’est présenté à la presse dimanche 14 janvier, à la veille de l’entrée en lice de son escouade dans cette CAN 2024. Le sélectionneur l’assure : le Sénégal est au point pour le tournoi continental. « L’ambiance est bonne, on est prêts », déclare-t-il.

Du côté de l’infirmerie, les nouvelles sont plutôt positives. Les milieux Pape Matar Sarr, Idrissa Gana Gueye et Nampalys Mendy sont opérationnels, même si le joueur d’Everton n’est « pas à 100% ». Seuls Fodé Ballo-Touré et Youssouf Sabaly ne seront pas présents face à la Gambie ; chacun ressent une gêne au mollet et le staff médical n’entend pas prendre de risque.

Mais ce n’est peut-être pas du côté du physique qu’il faut chercher une faille chez les Sénégalais. Deux ans après leur sacre, leur mental pourrait-il fléchir face à la pression inhérente aux champions en titre ? Ces douze dernières années, les tenants du trophée ont bien souvent sombré à l’heure où il s’agissait de confirmer.

« C’est de la bonne pression »
Rembobinons : en 2022, l’Algérie (sacrée en 2019) était éliminée au premier tour, comme la Côte d’Ivoire en 2017 (sacrée en 2015) et la Zambie en 2013 (sacrée en 2012). Pire, le Nigeria (sacré en 2013) et l’Égypte (sacrée en 2010) ne parvinrent même pas à se qualifier respectivement pour les CAN de 2015 et 2012. Seul le Cameroun (sacré en 2017) a échappé au camouflet ; les Lions indomptables ne furent sortis par le Nigeria qu’en huitième de finale en 2019.

Alors, anxieux ce Sénégal ? « C’est de la bonne pression, la pression pour gagner, la pression qui motive, pas la pression néfaste qui abîme les joueurs, le coach, l’environnement », répond Aliou Cissé. Pas de fausse modestie dans les mots du coach : « Nous en sommes à notre quatrième CAN et nous avons emmagasiné beaucoup d’expérience. On sait qu’on est attendus, mais il y a beaucoup de favoris, pas que le Sénégal. » Aliou Cissé se veut « concentré sur le premier match contre la Gambie ». « C’est le plus important pour nous, car nous avons à cœur d’entrer dans cette compétition de la meilleure des façons », insiste-t-il.

Le capitaine, Kalidou Koulibaly, précise que lui et les siens « savent que ce ne sera pas la même CAN qu’en 2022 », car « chaque CAN a son histoire, ses matches, ses équipes ». Il n’oublie pas la rencontre face aux Scorpions, mais pense aussi à la suite. « En gagnant une deuxième CAN d’affilée, on rentrera dans l’histoire. C’est ce qu’on veut, écrire l’histoire du Sénégal et de l’Afrique. Je pense qu’en mettant ça dans nos têtes, on arrivera avec une humilité qui nous permettra de faire face à toute adversité », martèle le défenseur. « On va tout faire pour se mettre dans de bonnes conditions, et ça va commencer par ce match contre la Gambie », ajoute Koulibaly. Rendez-vous au coup de sifflet final pour un premier bilan de l’état de forme des Lions.

 

Propos recueillis par Cédric De Oliveira