dimanche , 14 juillet 2024

Mondial 2030 : avec un investissement de 52 milliards de dirhams, le Maroc accélère son développement infrastructurel

La perspective d’organiser la Coupe du monde de football en 2030, aux côtés de l’Espagne, du Portugal et de trois pays sud-américains, constitue pour le Maroc une opportunité de développer ses infrastructures.

Trente-cinq ans après sa première tentative, suivie de quatre autres, le Maroc a été choisi par le conseil de la FIFA pour co-organiser avec l’Espagne et le Portugal l’édition 2030 du tournoi planétaire, trois matches devant en outre être disputés en Uruguay, en Argentine et au Paraguay.

L’instance suprême du football, critiquée par plusieurs ONG environnementales en raison de l’éclatement de la compétition, doit encore valider les critères techniques et n’attribuera officiellement le tournoi que fin 2024.

Au lendemain de son échec à l’organisation du Mondial 2026, le Maroc avait annoncé son intention de concourir pour 2030. Sur le plan sportif, le royaume prévoit de construire son plus grand stade à Benslimane, en banlieue nord de Casablanca. Ce projet étalé sur trois ans (2025-2028) coûtera cinq milliards de dirhams (460 millions euros), a annoncé le gouvernement marocain vendredi 20 octobre.

Six stades sont déjà opérationnels à Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir, Fès et Tanger. Ils seront modernisés pour accueillir la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de 2025 et le Mondial 2030. Ces travaux seront menés en deux phases d’ici 2028, avec un investissement global de 14 à 15,5 milliards dirhams (1,3 à 1,4 milliards euros), d’après cette source.

Au total, l’organisation du Mondial devrait coûter 52 milliards de dirhams (4,8 milliards d’euros), prévoit Sogécapital Gestion, société de gestion d’actifs du Groupe Société Générale. Les recettes touristiques devraient atteindre 11 milliards d’euros.

Outre les stades et les centres de formation, les investissements attendus comprennent principalement le renforcement du réseau de transports, d’hôtellerie et de communications numériques, notamment le passage à la 5G. Ces investissements, poursuit l’étude de Sogécapital Gestion, dynamiseraient les secteurs de la construction, des services bancaires et du tourisme. A elles seules, les recettes touristiques devraient atteindre les 120 milliards de dirhams (un peu plus de 11 milliards d’euros) en 2030, selon Sogécapital Gestion.

L’infrastructure sanitaire – où le pays accuse un déficit – devrait également bénéficier d’investissements. Le Mondial est « un moyen d’accélérer le rythme de développement de notre pays », a affirmé Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football et du comité Coupe du monde-2030, au micro de radio Mars. « Notre pays a toujours été une destination pour les investisseurs, mais le rythme va s’accélérer », a ajouté Fouzi Lekjaa, également ministre délégué au Budget.

La Coupe du monde 2030 converge avec une ambition cruciale pour Rabat : atteindre au minimum un taux de croissance annuel de 6% d’ici 2035 pour enrayer les profondes disparités sociales et territoriales dans le pays. Pour relever ce défi, esquissé dans un rapport officiel publié en 2021, le Maroc espère inverser l’équation des investissements, dont l’État soutient actuellement les deux tiers, en attirant les capitaux privés locaux et internationaux.

 

Avec AFP