jeudi , 18 juillet 2024

Ghana : l’opposition rejette une participation du pays à l’intervention militaire au Niger

Accra accueille ces 17 et 18 août 2023 une réunion des chefs d’état-major de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) consacrée à une éventuelle intervention militaire au Niger, où un coup d’État a eu lieu le 26 juillet. Mais au Ghana, pays qui pourrait envoyer des troupes sur le sol nigérien, une partie de l’opposition politique est vent debout contre cette option. Explications.

L’opposition ghanéenne affiche son opposition à une intervention militaire de la Cédéao au Niger, pays où un coup d’État a eu lieu contre le président Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023. Alors que les chefs d’état-major du bloc ouest-africain se réunissent à partir de ce jeudi à Accra, pour évoquer une possible intervention militaire sur le sol nigérien, le principal parti d’opposition ghanéen le National Democratic Congress (NDC), met en garde contre les risques sécuritaires et financiers d’une telle opération. Le gouvernement a beau tenté d’expliquer sa position lors d’une réunion de haut niveau mardi entre les chefs de sécurité et les membres du Parlement, mais le NDC n’est toujours pas convaincu.

Trop coûteuse, trop risquée, voici quelques-unes des réserves exprimées par le NDC quant à une éventuelle opération. Car le Ghana, toujours en proie à une crise économique, n’a pas les moyens d’envoyer des troupes à Niamey, affirme cette formation politique. Le NDC rappelle qu’Accra a dû être renfloué par le Fonds Monétaire International (FMI) à hauteur de trois milliards de dollars, dont la première tranche a été débloquée seulement en mai dernier.

« Nous craignons que nos troupes, mal entraînées, soient envoyées à l’abattoir »
Il est trop tôt pour s’aventurer dans une telle opération, qui plus est dangereuse, estime Samuel Okudzeto Ablakwa, chargé des affaires étrangères au sein du NDC. « D’abord, nous ne savons pas qui nous allons combattre, dit-il au micro de Christina Okello. Nous craignons de devoir combattre d’autres acteurs que la junte. Nous sommes préoccupés par les affirmations selon lesquelles la Russie et le groupe Wagner seraient impliqués dans le coup. Et puis le Sahel a beaucoup de groupes extrémistes violents. N’oubliez pas que le Burkina Faso, le Mali et la Guinée ont également déclaré qu’ils ne soutiendraient pas une intervention militaire de la Cédéao. Certains de ces pays ont affirmé qu’une telle intervention serait considérée comme une déclaration de guerre ».

Samuel Okudzeto Ablakwa conclut : « La situation est donc trop volatile. Nous craignons que la situation dégénère et que nos troupes, mal entrainées, soient envoyées à l’abattoir, de plus dans un contexte financier difficile. Le risque, c’est de voir un bain de sang. » Le NDC prône une solution diplomatique à la crise. Selon un sondage réalisé par le parti, 92% des Ghanéens sont opposés à une intervention militaire au Niger.

Les sanctions promulguées par la Cédéao contre le Niger sont par ailleurs ressenties jusqu’au Ghana. Des centaines de camions chargés d’oignons en provenance du Niger sont par exemple restés bloqués depuis plusieurs jours à la frontière béninoise. Le Bénin, comme le Nigeria, a fermé ses frontières avec le Niger.

Cette fermeture a entrainé la pourriture des marchandises et un manque à gagner important pour les acteurs, d’autant plus que le Ghana importe 80% des oignons qu’il consomme de ce pays voisin. Face à ces dégâts, les vendeurs cherchent de nouvelles routes.

 

AFP