vendredi , 14 juin 2024

Mali : seulement 3% ont voté contre la Nouvelle Constitution, le Oui remporte

Au Mali, le oui l’emporte à 97%. C’est qu’a annoncé ce soir l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige), qui a proclamé les résultats du vote tenu dimanche dernier, le 18 juin 2023, sur le projet de nouvelle Constitution voulu par les autorités maliennes de transition.

97% pour le oui, 3% pour le non. C’est une victoire écrasante, comme on pouvait s’y attendre. Ceux qui se sont mobilisés sont les partisans des autorités de transition et de leur projet de nouvelle Constitution. Ceux qui y étaient opposés ont préféré boycotter le scrutin, comme de nombreux partis d’opposition les y appelaient. Ce que l’on peut retenir, c’est le taux de participation de 39,40%, presque 40 %. C’est un taux très important. Les observateurs électoraux avaient de leur côté estimé à 28% le taux de participation. L’écart est énorme, puisqu’il est de 12 points.

L’autre enseignement des chiffres proclamés par l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige) ce soir. Les militaires, qui ont fait l’objet d’un scrutin anticipé le 11 juin, une semaine avant le reste de la population, ont participé à plus de 73%. Et ils ont voté « oui » à près de 94%. C’est beaucoup, mais c’est donc moins que le reste de la population, ce qui peut sembler étonnant.

L’Aige a précisé que les résultats seraient publiés bureau par bureau sur son site internet. Ce souci de transparence qui n’a pas été poussé jusqu’à répondre aux nombreuses accusations de fraude portées ces derniers jours par les partis politiques ou par les mouvements de la société civile d’opposition, qui ont évoqué des bourrages d’urnes ou encore des votes fictifs dans des zones vidées de leur population à cause des violences jihadistes.

Il n’y a aucune explication non plus sur la polémique autour du vote dans la région de Kidal. Les observateurs électoraux assurent unanimement que le vote n’a pu se tenir nulle part dans la région, ce qu’ont également confirmé les groupes armés signataires de l’accord de paix, qui contrôlent cette partie du territoire. L’Aige s’est contentée de réaffirmer, de manière aussi catégorique que laconique, que le vote s’était tenu « sur tout le territoire ». Une nécessité pour que le referendum soit validé par la Cour constitutionnelle, à qui il appartient désormais de proclamer de manière définitive les résultats dévoilés ce soir.

Cheik Mohamed Cherif Koné, coordinateur de la plateforme d’opposition Appel du 20 février et membre du Front uni contre le referendum, annonce vouloir saisir la Cour constitutionnelle à ce sujet.

Il y a un véritable flou et nous attendons la fiche de résultats bureau de vote par bureau de vote pour vraiment avoir le cœur net sur cette situation. Cette Constitution ne peut pas être validée.

 

AFP