lundi , 24 juin 2024

Fin du Bac : en plus les Caméras de surveillance, des Candidats font une autre demande au Ministre Guillaume Having

Lancé le 16 juin dernier, le baccalauréat unique session 2023 a pris fin ce mardi 20 juin sur toute l’étendue du territoire national. Au sortir des salles de classes, au Centre Lycée Kipé dans la Commune de Ratoma, quelques candidats se sont prêtés aux questions des journalistes présents.

« Cette année, les épreuves n’étaient pas tellement difficiles. Mais vous savez le Bac, ça demande beaucoup d’efforts. Le mot Bac, ça effraie. C’est à cause de cela que l’émotion pousse les gens à ne pas comprendre certains sujets. Sinon, certains sujets étaient abordables », a expliqué la candidate Fatoumata Dounkiré Barry, élève en terminale sciences mathématiques.

Selon elle, les survivants ont joué leur rôle. « Les survivants nous ont surveillés comme il le fallait. Ils ne nous ont pas laissés communiquer entre nous. Chaque candidate ou candidat a fait ce qu’il ou elle connait. Je suis sur que si quelqu’un est admis pour ce Bac 2023, c’est grâce à son effort », a déclaré Fatoumata Dounkiré Barry.

Par contre, les choses n’ont pas été faciles pour cet autre candidat surtout dans les matières exactes. C’est le cas de Traoré Enoc, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a fait des recommandations au Ministre Guillaume Having.

« Par rapport aux calculs, ils n’ont qu’à essayer de moderniser le système éducatif guinéen. Envoyer des machines calculatrices pour les candidats au Bac en Sciences mathématiques. Lorsqu’il y a des machines, les candidats ne vont pas se permettre d’utiliser les brouillons. Mais calculer tout cela dans les brouillons et reporter les résultats dans les propres, ça prend trop de temps. C’est ce que je demande au Ministre, Guillaume Having. Le manque de machines m’a créé énormément de problème dans le traitement des sujets mathématiques. Dans les matières pratiques, je dirai que j’ai pas beaucoup travaillé. Parce que j’ai travaillé sur le brouillon avant de mettre sur le propre. Le temps m’a pris et c’est devenu une perte totale pour moi. Le Ministre parle des caméras. Les caméras dans nos centres, c’est pas mauvais mais il n’a qu’à envoyer les calculatrices aussi », a sollicité Traoré Enoc.

En dépit de toutes les difficultés rencontrées, ce candidat pense que l’espoir est permis de son côté d’être parmi les admis. « Oui, à 60%. Parce que lorsque tu ne travailles pas dans tes matières de spécialités, ton admission est très minime. Donc chez moi, je l’espère à 60% », a déclaré Enoc Traoré.

 

Mamadou Kouyaté

628 38 09 89