lundi , 20 mai 2024

Report de la mission de la CEDEAO : Boni Yayi «un peu déçu», l’UFDG «inquiet»

Il était prévu qu’il atterrisse dimanche 18 juin à Conakry, le médiateur de la Cédéao a dû reporter sa mission dans le pays. Thomas Boni Yayi devait avoir des consultations avec les autorités de la transition, mais aussi d’autres acteurs impliqués dans le processus de retour à l’ordre constitutionnel. Le ministère des Affaires étrangères évoque « des raisons de calendrier des plus hautes autorités guinéennes ».

Le médiateur de la Cédéao, Thomas Boni Yayi (g) et le Premier ministre guinéen, Bernard Goumou, lors de la cérémonie d’ouverture du cadre de dialogue inter-guinéen, à Conakry, le 24 novembre 2022. (image d’illustration)
Le médiateur de la Cédéao, Thomas Boni Yayi (g) et le Premier ministre guinéen, Bernard Goumou, lors de la cérémonie d’ouverture du cadre de dialogue inter-guinéen, à Conakry, le 24 novembre 2022.

L’ancien président béninois est « un peu déçu », confie-t-on dans son entourage. « Il voudrait aller vite. » Thomas Boni Yayi, le médiateur de la Cédéao, devait se rendre en Guinée pour discuter de la mise en place du comité d’évaluation et de suivi du chronogramme.

Pour Mohamed Cissé, porte-parole du Parti de l’Espoir pour le développement national (PEDN), soutien affiché de la junte, il ne faut pas « se précipiter ». « Ce n’est pas la première fois qu’une visite du médiateur est reportée, argumente-t-il. Attendons de voir, dans les prochaines heures, si une nouvelle date sera donnée et de connaître les raisons du report. »

Chez l’UFDG, parti membre des Forces vives, le secrétaire général Aliou Condé se dit « inquiet ». Ce report est une mauvaise nouvelle, « parce que ça reporte le travail qui devait être fait depuis longtemps ! » « Le premier quart [de la transition] s’est passé sans contact, sans évaluation », dénonce-t-il.

Cela fait six mois que le médiateur de la Cédéao n’est pas venu en Guinée, où le climat politique est aujourd’hui très tendu. Les Forces vives, alliance hétéroclites de partis politiques et d’organisations de la société civile, pourraient reprendre leurs manifestations après la tabaski, au mois de juillet. Elles rejettent la conduite de la transition par la junte.

 

AFP