jeudi , 13 juin 2024

Sénégal : 16 morts, 350 blessés, 500 arrestations, un calme précaire observé ce lundi

Au Sénégal, un calme précaire s’est installé après les violences qui ont éclaté du 1er au 3 juin 2023, notamment à Dakar, la capitale, et Ziguinchor, dans le sud du pays. Seize personnes ont été tuées, selon le dernier bilan officiel. Des troubles avaient éclaté dans la foulée de la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse ».

Aucun incident particulier n’a été signalé ce lundi 5 juin 2023 à la mi-journée. La circulation a repris à Dakar, les grands marchés sont rouverts. « La situation est revenue à la normale. » C’est ce qu’affirmait dimanche soir le directeur de la Sécurité publique, le commissaire Ibrahima Diop.

La capitale tourne toutefois toujours au ralenti, avec la fermeture de certaines banques – il y a des files d’attente devant les distributeurs, beaucoup ne fonctionnent pas. Ce n’est pas évident non plus de trouver de l’essence aux stations-service, beaucoup d’écoles sont toujours fermées. L’accès à l’internet mobile est toujours restreint depuis ce 4 juin. Et il y a de nouveaux appels à manifester qui circulent pour cette journée de lundi.

Pour l’heure, c’est le statu quo. Il y a des inquiétudes sur la suite, notamment en cas d’éventuelle arrestation d’Ousmane Sonko. « Une condamnation pénale doit être exécutée », disait le ministre de la Justice après le verdict. La veille, les avocats de l’opposant indiquaient qu’il était toujours chez lui, sans téléphone, « séquestré », selon eux. Son quartier de Cité Keur Gorgui était calme, lundi matin.

Mais aucun camp ne semble vouloir lâcher du lest. Du côté du pouvoir, il y a eu durant le week-end des déclarations très fermes pour « défendre l’ordre public ». Le ministre de l’Intérieur a accusé des « forces étrangères » d’être derrière les manifestants pour « déstabiliser le pays », selon lui, sans plus de précisions, alors que le Sénégal s’apprête à exploiter le gaz et le pétrole.

Le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, est même allé plus loin, en appelant la jeunesse à « faire face, quartier par quartier, commune par commune ».

Le parti Pastef d’Ousmane Sonko a appelé, dimanche, à « accentuer et fortifier la résistance jusqu’au départ » du président Macky Sall. Dans son communiqué, il dénonce « une répression meurtrière » de la part des forces de défense et de sécurité.

Bilan actuel : 16 morts officiellement, plus de 350 blessés, selon la Croix-Rouge, quelque 500 arrestations.

Des voix s’élèvent pour appeler le chef de l’État à s’exprimer pour apaiser la situation. Dans le passé, face à des situations critiques, ce sont souvent les chefs religieux qui sont intervenus en tant que médiateurs, comme lors des émeutes meurtrières de mars 2021. Si discussions il y a, elles sont très discrètes pour le moment.

 

AFP