vendredi , 14 juin 2024

Accès aux services publics : « 53% des Guinéens versent de pots-de-vin…» (rapport d’enquête Afrobaromètre)

Conakry-les responsables de State View international et le réseau Afrobaromètre étaient devant la presse ce vendredi 24 mars pour présenter de nouveau rapport d’enquête sur l’égalité entre les genres et conditions de vie des Guinéens.

Selon les résultats de la plus récente enquête Stat View International et Afrobaromètre, les Guinéens se sont largement exprimés sur leur accès à certains services publics.

La majorité de ceux qui ont eu recours au service de la police ou d’une école publique au cours des 12 derniers mois parlent d’un accès facile, pendant que de nombreux autres affirment avoir éprouvé des difficultés pour accéder aux soins médicaux et aux documents d’identité et avoir dû verser de pots-de-vin pour accéder à leur requête.

Parmi ceux qui ont demandé un service médical, beaucoup ont régulièrement dû faire face à une longue attente à l’hôpital, constat un mauvais entretien des infrastructures, un manque de médicaments et l’absentéisme du personnel soignant.

Cependant, les autorités de la Transition se sont assigné plusieurs objectifs parmi lesquels l’amélioration du fonctionnement et la moralisation des services publics occupent une place de choix.

Les résultats de cette enquête ont mis en exergue les difficultés auxquelles les Guinéens éprouvent pour accéder aux services publics.

Dans ce rapport d’enquête d’Afrobaromètre, il est mentionné que près des trois quarts (73%) des Guinéens disent avoir eu recours aux soins médicaux dans un hôpital public au cours de l’année dernière. De nombreux autres disent avoir demandé d’autres services publics tels que l’assistance de la police (11%), un document d’identité (30%) et un service dans une école publique (43%).

À en croire les Conférenciers, parmi les enquêtés sur l’accès aux services publics pendant les 12 derniers mois,

la majorité reconnait qu’il était facile d’obtenir les services éducatifs (63%) ou l’assistance de la police (60%). Mais d’autres Guinéens restent divisés sur la facilité d’accès à un document d’identité (52% facile vs. 48% difficile) et aux soins médicaux (51% facile vs. 49% difficile),

environ la moitié d’entre eux a versé de pots-de-vin pour obtenir l’assistance de la police (53%) ou un document d’identité (48%), et plus du tiers l’ont fait pour les soins de santé (36%) ou des services éducatifs (34%),

de nombreux autres reconnaissent avoir été traités avec respect par les enseignants ou responsables d’école publique (86%), le personnel de l’hôpital public (79%) ou par des agents de l’Etat lors de l’obtention d’un document officiel (75%),

près de la moitié a dû régulièrement faire face à une longue attente à l’hôpital (45%), quatre sur 10 ont fréquemment constaté un mauvais entretien des infrastructures (39%) ou le manque de médicaments ou de matériels (40%), et 31% ont régulièrement remarqué l’absence des médecins.

 

Mamadou Kouyaté

628 38 09 89