mardi , 20 février 2024

Nouvelle constitution : le BL demande la suppression du poste de Premier Ministre au profit de la création de celui du vice-président


Les responsables du parti Bloc Libéral (BL) ont fêté l’an 10 de la création du parti ce samedi 11 mars à Conakry. Dans discours de circonstance, le président du BL a exprimé quelques changements majeurs dont sa formation politique souhaite voir mentionner dans la nouvelle constitution. Il a particulièrement fait cas de la suppression du poste du Premier Ministre au profit de la création de celui du Vice-Président de la République.

« Le poste de Vice-président devra être créé et celui-ci deviendra le Président pour le reste du mandat du Président en cas de vacance du pouvoir. Le Président et son vice-président ne devront être ni de la même ethnie, ni de la même région ni de la même religion. Et on doit se débarrasser du poste de Premier Ministre que dans notre pays a d’ailleurs été toujours le premier des Ministres », a déclaré Dr Lansana Faya Millimono, président du Bloc Libéral (BL).

Par ailleurs, Faya Millimono a indiqué que le droit doit être donné au Parlement de destituer le Président de la République en cas de haute trahison. Selon lui, l’indépendance de la justice doit être consacrée dans la nouvelle constitution. « Ceci inclut la protection de la magistrature envers les autres pouvoirs institutionnels, envers les sujets économiques et sociaux, et envers la hiérarchie judiciaire même. Le scrutin proportionnel aux élections parlementaires devra être supprimé, un découpage des districts électoraux en fonction de la population doit être fait pour l’élection des députés. Le nombre de députés doit être réduit à moins de 100 », a ajouté le Président du Bloc Libéral.

L’homme politique a surtout martelé que « la modification constitutionnelle doit être rendue davantage difficile. La période entre le premier vote référendaire sur la modification et sa rentrée en vigueur doit être fixée à cinq (5) ans minimum. Aussi, toute modification de la constitution doit être inapplicable au Président de la République en fonction durant la période de modification », a entre autres suggéré Lansana Faya Millimono.

 

Djely Mamadou Kouyaté

628 38 09 89