jeudi , 29 février 2024

Échanges de vive voix entre Charles Wright et le Grand imam de Kankan, opposés, au sujet de Nanfo

Le Ministre des droits de l’homme poursuit sa tournée à l’intérieur du pays, précisément en Haute Guinée. Après l’étape de la préfecture de Siguiri, Alphonse Charles Wright est revenu au centre ville de Kankan. Ce mercredi 1er février, le Ministre de la Justice a rendu visite El hadj Karamo Bangaly Kaba, le grand imam de Kankan, à son domicile.
Ce fut une occasion pour le religieux d’interpeller Charles Wright sur le comportement antislam du prédicateur Nanfo qui y dirige la prière dans la Langue Maninka (N’KO). L’imam estime que cette habitude de Nanfo Ismaël Diaby vise à saboter les principes de la religion musulmane en dépit de l’interdiction qui lui a été faite dans ce sens par la Cour suprême. El hadj Karamo Bangaly Kaba a, aussi, indiqué que Nanfo crée des incidents la zone à travers sa prière dans le N’KO.
« Il y aurait eu un conflit, parce que certains sont avec lui. Tandis que d’autres non.Tiken Jah Fakoly (le reggae man ivoirien ndlr) aussi a dit qu’il veut prier derrière lui, ici à Kankan. Vous voyez tout ça », a prévenu le Grand imam de Nabaya.
En réponse, le Ministre des droits de l’homme également a fondé sa communication sur le Coran. Charles Wright a mentionné que Dieu, le maître suprême guide qui il veut et égare qui il veut. Donc, il revient à Dieu de juger Nanfo, dit-il.
« Ce n’est pas vous qui devrez juger Nanfo. Vous devrez prier pour ce que vous croyez être juste, que Dieu puisse prendre ça pour vous. Nanfo, s’il prie en N’Ko chez lui, moi en tant que ministre des droits de l’homme, je dois faire en sorte que ses droits soient respectés. Je veux qu’on fasse la part des choses. Réunir des gens maintenant pour qu’il y ait affrontements, ça c’est une infraction. Mais prier dans une autre Langue ne l’est pas. Pourquoi on fait le Coran en N’Ko, pour que les gens puissent le comprendre. L’islam a ses règles. Dites à l’imam de laisser Nanfo prier dans la Langue qu’il estime être juste, c’est son droit. Mais Nanfo ne doit pas troubler l’ordre public ou des affrontements. Ça deviendra une infraction. Si on dit d’islamiser tout le monde, c’est une violation grave des droits de l’homme », a fait savoir Charles Alphonse Wright.
« Les droits de l’homme ne peuvent pas du tout renverser les lois de Dieu. C’est nous qui avons créé les droits de l’homme », a répondu le Grand imam de Kankan.
Le Ministre des droits de l’homme renchérit : « dites à Monsieur l’imam que ma position sur le cas de Monsieur Nanfo est très claire. Je ne confonds pas ma fonction de Ministre des droits de l’homme et moi en tant que musulman. Si Nanfo veut, il n’a qu’à prier en Chinois. Je dois respecter son droit. Mais, il ne peux pas mélanger les communautés pour qu’il y ait la mort. Si Nanfo veut il n’a qu’à prier en Chinois, je dois respecter son droit. Ici, c’est la liberté de religion. Si tu veux sois rasta ou quoi. Seul Dieu peut nous condamner », a martelé le Ministre de la Justice.
Selon le Grand imam de Kankan, ce sont les principes de l’islam qui doivent gouverner les conduites de tout musulman. Il estime donc que Nanfo Diaby est un égaré qui crée de troubles.
Charles Wright conclut que « la Guinée n’est pas la Mecque où la charia est appliquée. Nanfo est libre de prier dans la Langue de sa convenance », a déclaré la Ministre de la Justice et des droits de l’homme au micro de nos confrères de Mosaïqueguinee.
Djely Mamadou KOUYATE
628 38 09 89