mardi , 7 février 2023

Aboubacar Sidiki Diakité alias « Toumba » désigné l’homme de l’année 2022 (Média)

Pour clôturer l’année en beauté, votre quotidien électronique a sacrifié au rituel consistant à soumettre au libre arbitre de ses lecteurs, le choix de la personnalité de l’année 2022. Pour cette distinction ultime, le choix se posait entre 9 personnalités, issues de divers horizons socio professionnels.
Eh bien sur cette large palette, les lecteurs ont jeté leur dévolu sur le commandant Aboubacar « Toumba » Diakité. L’ancien aide de camp du capitaine Moussa Dadis Camara, personnage controversé, dont l’aura ne cesse de grimper au sein de l’opinion, depuis son passage devant la cour du tribunal criminel de Dixinn, dans le cadre du procès du massacre du 28 septembre 2009.
C’est comme si sa prestance, doublée d’un narratif digne d’un roman noir, dans ce procès, auront charmé une frange de l’opinion. Cela au-delà même de nos frontières. Le cas de la Nigérienne Tichou, qui a du béguin pour « Toumbarek », comme toutes ces femmes atteintes du syndrome d’hybristophylie en dit long sur le charme « sulfureux » du commandant.
Un atout maître qui lui aura sans doute valu de sortir du lot face à un aréopage de personnalités, dont le très influent et intrépide président de l’Association des Magistrats de Guinée (AMG), Mohamed DIAWARA, le ministre Alphonse Charles Wright, garde des sceaux et ses homologues Alpha Bacar Barry de l’Enseignement technique et Mme Diaka Sidibé, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation.
Ainsi que des vaches sacrées du monde de la culture comme Takana Zion, Azaya. L’accusé Aboubacar Sidiki Diakité dame le pion même à son avocat Me Paul Yomba Kourouma. Qui, bien qu’ayant blanchi sous le harnais, a été révélé au grand public à la faveur de ce procès. Devenant à sa manière une star des réseaux sociaux.
Il n’est cependant pas exclu que des partisans de la morale astreignante voient rouge dans la distinction de cet officier, tombé en disgrâce depuis l’expédition punitive attribuée à des bérets rouges de la garde prétorienne du chef de la junte du CNDD, qui avait fait plus de 150 morts et une centaine de femmes violées au grand stade de Conakry.
Bien entendu à cause de toutes les casseroles que traînerait depuis ce massacre le commandant «Toumba », considéré à tort ou raison comme le cerveau du massacre du 28 septembre 2009.
Nous leur objecterons tout simplement que la personnalité de l’année est celle qui a impacté l’actualité en bien ou en mal. Comme ne cesse de le ressasser le respecté Times Magazine, à l’origine de cette distinction. Qui n’est pas que réservée à des enfants de cœur.
Pour preuve en 1938, c’est le dirigeant du Troisième Reich Adolf Hitler qui fut élu personnalité de l’année. Suivi l’année suivante de Joseph Staline. Tous des dictateurs sanguinaires de haut vol.
A côté de ces dirigeants qui ont marqué l’humanité de leurs empreintes de sang, « Toumba » passerait pour l’abbé Pierre.
Nous n’allons pas clôturer cette ode, sans saluer avec déférence tous les nominés à ce concours, qui sont loin d’avoir démérités. Et dont l’apport à notre pays s’avère immense. Bonne année donc à tous nos lectrices et lecteurs.
Source : Guineenews