mardi , 6 décembre 2022

Les avocats de Kassory ouvrent un autre front à la Cour suprême

Le collectif des avocats de la défense de l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana a dit lundi avoir pris acte de la décision de la Chambre de contrôle de la CRIEF de maintenu leur client en détention, qualifiant celle-ci d’illégale. 

Dans un communiqué, ils ont dénoncé une « instrumentalisation » de la justice guinéenne à des fins politiques. Estimant que la détention de l’ancien Chef du gouvernement est « arbitraire », les avocats ont soutenu que  Kassory a le droit de participer à la direction des affaires publiques de son pays. 

« Aucun acteur judiciaire n’est autorisé par la loi guinéenne à maintenir M. Fofana en détention sous des prétextes erronés et des accusations pénales sans aucun indice, preuve ou base légale alors même, que les juges indépendants ont plusieurs fois prononcé sa libération », ont-ils défendu dans le communiqué. « Ce procédé est d’autant plus inacceptable pour la défense, qu’un citoyen en l’occurrence Monsieur Djakaria Koulibaly a été libéré en 48 heures, avec l’aval exprès du Procureur spécial, et sans recours devant la juridiction d’appel. »

Pour eux, l’opposition du Procureur spécial de la CRIEF Aly Touré est intolérable. D’après eux, l’opinion publique nationale guinéenne et internationale, a déjà constaté avec la défense qu’aucun corps de contrôle notamment ni la Cour des comptes, ni l’inspection Générale d’État dans le rapport MAMRI n’ont révélé ou constaté des détournements ou une quelconque faute de gestion »

« La défense a déjà saisi la Cour suprême de Guinée pour faire constater l’illégalité de la décision liberticide de la Chambre de contrôle de la CRIEF »

Mamady Fofana