mercredi , 7 décembre 2022

Guinée : le gouvernement « prend acte » de l’adoption d’un chronogramme de 36 mois

Le Conseil national de transition (CNT) a pris une résolution mercredi 11 mai qui fixe le chronogramme de la transition à 36 mois. La décision réduit de trois mois, la proposition introduite fin avril par le chef de la junte Colonel Mamadi Doumbouya.

Le président de la transition avait proposé aux membres du CNT un chronogramme de 39 mois avant le retour à l’ordre constitutionnel.

A l’adoption de la résolution, le gouvernement a dit prendre acte de la décision. Il a cependant vite fait de préciser le délai court à partir de la promulgation de la loi.

« Il est important aussi que les médias et les populations comprennent que notre pays est en transition depuis le 5 septembre. C’est maintenant seulement qu’on vient d’adopter la durée nécessaire pour le retour à l’ordre constitutionnel. Il ne faut pas donc confondre l’ouverture de la transition et le délai nécessaire pour le retour à l’ordre constitutionnel qui vient d’être fixé à 36 mois. La transition, a commencé à partir du 5 septembre, alors que le délai pour le retour à l’ordre constitutionnel, c’est à partir de la promulgation de la Loi qui ne peut disposer pour le passé », a précisé son Porte-parole Ousmane Gaoual Diallo.

On rappelle que les principales coalitions politiques du pays ont déjà rejeté le chronogramme, fustigeant une décision « unilatérale » de la junte. Ils ont appelé dans la même journée du 11 mai à un dialogue inclusif sous la médiation de la CEDEAO.

Le gouvernement a réaffirmé sa main tendue pour un dialogue, sans pour autant préciser le mécanisme à emprunter.

« Nous sommes toujours ouverts. Le CNRD ne peut pas se fermer au dialogue avec des acteurs politiques. Les démarches nécessaires seront entreprises et poursuivies pour faire en sorte que les guinéens se parlent et s’accordent sur un minimum de choses et que notre pays retrouve la voie de la sagesse », a dit M. Diallo.

Mamady Fofana