samedi , 21 mai 2022

CRIEF : la défense de Kassory et Cie déboutée

La Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) a rejeté mardi 26 avril la demande de mise en liberté immédiate formulée par la défense de l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana et ses codétenus, tous anciens ministres du régime Condé.

L’ancien Chef du gouvernement ainsi que Dr Mohamed Diané (ancien ministre de la Défense) et Oyé Guilavogui (ancien ministre de l’Environnement) sont poursuivi pour détournement de deniers publics, blanchiment d’argent, corruption et complicité de détournement. Placés sous mandat de dépôt depuis le 6 avril, à la Maison centrale de Conakry, leurs avocats demandaient une mise en liberté immédiate pour violation de la procédure.

A l’annonce de la décision de rejet par la cour, les avocats ont fustigé la démarche de la CRIEF.

« La CRIEF est un instrument de sale boulot. La liberté est bafouée conformément à la loi. Nous allons immédiatement relever l’appel”, a déploré Me Sidiki Bérété.  « Le parquet spécial n’a pas pu démontrer les motifs de leur détention. En pleine audience, il a quitté le siège vers la fin par manque d’arguments. On veut faire taire politiquement nos clients. Mais c’est une peine perdue. Ils ne vont jamais se taire. Depuis le 6 avril 2022, ils sont incapables de présenter nos clients à une juridiction de jugement, ni à un juge d’instruction”, a-t-il déclaré.

Fanta Bah