mercredi , 20 octobre 2021

PANDORA PAPERS : l’entourage de Patrick Achi nie toute évasion fiscale ou transaction illégales

Une enquête menée par consortium international de journalistes d’investigation, sur des pratiques d’évasion fiscale, a épinglé dimanche diverses personnalités publiques dans le monde. Parmi les personnalités africaines citées, le premier ministre ivoirien. L’entourage du premier ministre dément l’existence de toute activité illégale ou de transaction illicite.

Dans le paragraphe du rapport Pandora Papers consacrée au premier ministre ivoirien, les enquêteurs ont révélé ce dimanche que Patrick Achi « avait créé en 1998 la société Allstar Consultancy Services basée au Bahamas » ; avant d’en céder la gestion à un cabinet d’avocats en 2006.

L’entourage de Patrick Achi, ne nie pas la révélation, mais dénonce « l’utilisation malveillante » qui en est faite. Car, justifie-t-il, Patrick Achi était, il y a 25 ans, consultant en stratégie et management, et avait créé en Côte d’Ivoire une société « qui a toujours rempli ses obligations légales et fiscales ».

D’après les services du premier ministre, l’immatriculation à l’étranger de cette société en 1998 « avec toutes les formalités légales » avait pour but d’assurer ses activités à l’international. A cette époque, insiste son entourage, « Patrick Achi n’avait aucun engagement politique ni aucune fonction publique ou institutionnelle ».

D’ailleurs, cette « société immatriculée à l’étranger n’a pas eu d’activité (…) et Patrick Achi s’en est séparé en 2006 » précise-t-on, concluant que ladite société « n’a jamais servi de support à la moindre évasion fiscale, à la moindre transaction illicite ».

Si l’entourage de Patrick Achi dénonce une atteinte à son honneur, les journalistes qui ont travaillé sur les documents, indiquent que ni Patrick Achi, ni ses conseillers n’ont daigné répondre, en amont, à leurs demandes répétées.