lundi , 20 septembre 2021

Zambie : le président sortant félicite Hichilema pour sa victoire

Le président zambien Edgar Lungu a concédé la défaite lundi à la mi-journée dans un discours, félicitant son rival de toujours Hakainde Hichilema, homme d’affaire autodidacte de 59 ans, pour sa victoire à la présidentielle.

« Je veux féliciter mon frère, Hakainde Hichilema, président-élu, qui devient le septième président de la république » de Zambie, a déclaré M. Lungu, qui dirige le pays depuis six ans. Il a promis de se conformer à Constitution pour permettre « une transition pacifique du pouvoir ».

Hichilema, surnommé « HH », a été très largement élu avec près d’un million de voix d’avance sur le président sortant, a annoncé la commission électorale vers 2h30 du matin, soulignant une très forte participation à près de 71%.
Lors du scrutin de jeudi, certains bureaux de vote avaient dû fermer leurs portes seulement à cinq heures du matin le lendemain, pour permettre à toutes les personnes qui s’étaient placées dans la queue pendant l’après-midi de voter.
Arrivé au pouvoir en 2015, après la mort du président précédent, M. Lungu a remercié « les Zambiens de m’avoir offert cette opportunité d’être votre président ».

« J’ai cherché à servir mon pays du meilleur que j’ai pu », a-t-il ajouté, à l’issue d’une campagne très critique de sa gestion économique notamment. La campagne a largement porté sur les difficultés économiques et l’inflation dans ce pays riche en cuivre, qui a été le premier du continent à avoir fait défaut sur sa dette depuis le début de la pandémie.M. Lungu, un homme autoritaire, grand et mince –dont le sourire reconnaissable à ses dents du bonheur tapisse encore les rues de la capitale Lusaka — est critiqué pour avoir emprunté de façon déraisonnable, notamment auprès de créanciers chinois, pour financer une frénésie de projets d’infrastructures.

Ses détracteurs reprochent aussi à cet avocat de formation son durcissement à l’égard de tout opposition ces dernières années, avec la fermeture de médias indépendants et l’arrestation de figures d’opposition. Hichilema lui-même assure avoir été arrêté une quinzaine de fois depuis qu’il fait de la politique.

AFP