dimanche , 25 juillet 2021
Flash info

CTE de Nongö : les patients atteints de Covid-19 décrivent des conditions d’hébergement exécrables

Situé dans la commune de Ratoma, le centre traitement épidémiologique de Nongö qui accueille aujourd’hui des patients souffrant de Coronavirus et d’Ebola offre des services moins reluisants, de l’avis de malades joints par notre rédaction.

Le Centre de traitement des épidémies de Nongö est mal en point. C’est ce que disent certains malades qui y sont alités et qui estiment urgent le moment de tirer la sonnette d’alarme.

Nos sources le décrivent comme un centre vétuste, surpeuplé et dont le système de climatisation ne repond plus aux normes.

« Le système électrique de ce grand hangar est defaillant. Il est hermétiquement fermé et les climatiseurs au nombre de six lâchent constamment », révèle un patient qui préfère garder l’anonymat.

« Il y a trop de moustiques à l’intérieur, les salles ne sont pas régulièrement nettoyées, bref il y a assez de problèmes », énumère un patient qui ajoute à la liste des maux, les relations souvent tendues entre les pensionnaires du centre et le Coordinateur médical dont les propos sont jugés déplacés et irrespectueux. « Nous voulons attirer l’attention des autorités sur ce Centre. Il souffre d’un problème d’aération et d’hygiène. Le hangar est fermé, donc l’air ne circule pas bien. La majorité de la centaine de malades tousse toute les nuits », craint notre source.

Le Centre de traitement des épidémies de Nongö a été construit en 2015 sur un financement d’un million d’euros de l’Organisation médicale humanitaire Médecin Sans Frontières ( MSF).

Doté d’une capacité initiale de 75 lits, ce centre a repris du service en mai dernier lorsque l’ONG MSF a annoncé y entreprendre la prise en charge de certains patients de Covid-19.

Mais selon nos informations, il est passé entre-temps sous le contrôle de l’Agence nationale de sécurité sanitaire ( ANSS).

Nous avons tenté de joindre les dirigeants de l’agence étatique pour avoir leur version des faits. En vain. Nos appels à destination du Directeur général adjoint de l’ANSS, le Dr Bouna Yatassaye, se sont avérés infructueux. Le Directeur général de l’institution Dr Sakoba Kéita ne pouvait pas immédiatement se prêter à nos questions par téléphone parce qu’il « prépare des rapports ».

Ougna Elie Camara

contact@kaloumpresse.com