mercredi , 28 juillet 2021

Reprise des activités: La vie a repris ses droits à Conakry, seule  »le Prince » reste paralysée

La ville de Conakry reprend peu à peu ses droits en cette matinée de lundi, après quelques jours de paralysie, suite à l’appel du principal opposant Cellou Dalein Diallo de s’opposer à la victoire de son challenger, le président Alpha Condé, vainqueur dès le 1er tour avec 59, 49%, selon les résultats provisoires fournis par la CENI, (Commission Electorale Nationale Indépendante).

De Sonfonia, à une trentaine de kilomètres du centre-ville de Kaloum, en passant par Lanbanyi, Nongô, Tawouyah, Belle-vue jusqu’en  »ville », la ville bouillonne comme à ses habituelles heures d’intenses activités.

Partout, il est loisible de constater que les commerces, les stations essence, les pharmacies, marchés et autres sont tous ouverts, avec de légers embouteillages par endroits.

Les motocyclistes ‘’taxi-motos’’ ont aussi repris le bitume, de quoi se faire une petite recette pour s’assurer une pitance, face à des lendemains électoraux quelque peu incertains.

Sur l’Autoroute  »Fidel Castro », des bouchons interminables sont présents, même si le grand marché de Madina n’a repris que partiellement.

Kaloum qui est le cœur de la capitale tourne à son rythme normal, car la vie économique, (banques, assurances, etc), administrative et privée a effectivement repris.

Le seul point chaud de Conakry reste à ce jour la route ‘’le Prince’’, fief électoral du candidat malheureux Cellou Dalein Diallo, où des poches de résistance persistent.

Ce lundi encore, ils ont répondu à l’appel du FNDC (Front national pour la démocratie et le développement), qui a appelé à battre le pavé.

La présence des forces de l’ordre, appuyées par l’Armée nationale réquisitionnée pour la circonstance, n’ont pas dissuadé les jeunes de l’axe à répondre à l’appel. Cela a entrainé une paralysie des activités dans cette partie de la capitale.

Pendant ce temps, l’opposant Dalein Diallo, continue d’appeler ses militants à la ‘’résistance’’.

O. Camara