jeudi , 9 décembre 2021
Flash info

Marche de l’opposition : le Parquet général ordonne l’ouverture d’une enquête

Le Parquet général près la Cour d’appel de Conakry a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête sur les violences enregistrées lors d’une marche de l’opposition guinéenne dans la capitale.

Ces investigations visent à situer les responsabilités éventuelles sur les dérapages intervenus lors de ladite marche, a indiqué le Procureur général Mamady Diawara.

Les partis de l’opposition en Guinée ont planifié une « marche pacifique » mardi à Conakry, la capitale, pour protester, disent-ils, contre le mode de désignation des maires et des conseils communaux élus lors des élections locales de février.

La marche devait partir du rond-point de la Tannerie à l’esplanade du Palais du peuple en empruntant l’autoroute Fidel Castro. Mais elle n’avait pas reçu l’approbation des différentes communes devant être traversées.

Au quartier Belle-Vue, en banlieue de Conakry, le leader de l’opposition  Cellou Dalein Diallo a dit avoir été la cible d’une tentative d’assassinat quand son véhicule a essuyé un tir à balle réelle.

‘’Ils nous ont arrogé de gaz lacrymogène et lorsque la balle a sifflé, elle est entrée par le parebrise avant et elle est sortie par la lunette arrière », a-t-il déclaré à la presse.

Selon M. Diallo, il était dans le véhicule avec son collègue leader du Bloc libéral Dr Faya Millimouno.

« Heureusement que la balle est passée entre nous. Nous rendons grâce à Dieu », a-t-il confié.

La police a immédiatement rejeté ces propos et demandé l’ouverture d’une enquête indépendante.

« Les forces de sécurité condamnent et rejettent les accusations portées à leur endroit par voie de presse suite à la violence causée sur le véhicule du chef de file de l’opposition et demandent l’ouverture d’une enquête à cet effet », a signifié le Directeur régional de la Police de Conakry Boubacar Kassé.

« Les services de sécurité demandent impérativement à l’opposition républicaine l’ouverture d’une enquête indépendante de son choix et de faire procéder à l’expertise des faits », a-t-il dit.

La police a annoncé l’arrestation de plusieurs individus « auteurs de troubles à l’ordre public ». Les interpellés seront traduits devant les tribunaux, selon M. Kassé.

Par Ougna Elie