samedi , 18 septembre 2021

L’opposition montre signe de vie depuis le coup K.O du RPG Arc-en-ciel

L’opposition guinéenne dite « Républicaine » se remue peu à peu et menace même de reprendre les manifestations de rue. Une première du genre depuis le « coup K.O » administré par le RPG Arc-en-ciel en octobre 2015.

 

Depuis sa défaite au premier tour de l’élection présidentielle de l’an dernier l’opposition guinéenne avait montré jusque-là une physionomie en déconfiture. Laminée par des crises internes et le départ de la scission de l’Union des forces républicaines, elle avait laissé croire qu’elle est entrée dans une phase de désintégration complète.

 

Selon son porte-parole Aboubacar Sylla, cette analyse est loin d’être la réalité. Il a estimé hier que le groupe présente une santé de fer à même d’ébranler le pouvoir.

 

« Ceux qui pensent que l’opposition républicaine est affaiblie, ceux qui pensent qu’elle n’a plus de capacité de mobilisation se trompent », a assuré M. Sylla. « Ils seront surpris de voir le peuple de Guinée répondre au mot d’ordre de l’opposition de manifester », a-t-il soutenu.

 

Ce qui fait réagir l’opposition républicaine, c’est le projet de chronogramme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Ce projet de calendrier qui prévoit l’organisation des élections communales et communautaires en octobre et non au premier semestre comme le stipule l’accord politique du 20 août.

 

« Nous estimons que les dispositions de cet accord doivent être à tous points respectés, notamment les questions liées à la restructuration totale et à la mise en place d’une nouvelle CENI, l’assainissement du fichier électoral et l’organisation des communales et locales dans le premier semestre de l’année 2016.

 

Aussi, selon Aboubacar Sylla, les partis politiques de l’opposition exigent du gouvernement la baisse « effective » du prix du carburant. Sinon, les manifestations sont inévitables.

 

Par Elie Ougna