vendredi , 24 septembre 2021

Bah Oury à Conakry: les gorilles de l’UFDG se donnent en spectacle

Le retour au pays de Bah Oury, le numéro 2 de l’UFDG s’est terminé dans un pugilat. Cet-après-midi, les vigiles aussi divisés  – comme leurs commanditaires respectifs- en sont venus aux mains.

 

Malgré les appels aux calme de plusieurs grandes personnalités du parti, les gorilles des deux camps se sont donnés en spectacle, mettant davantage à nue la grande crise qui couve au sein du plus grand parti de l’opposition guinéenne, si l’on s’en tient aux résultats des dernières consultations passées.

 

Selon plusieurs témoins ayant effectué le déplacement cet-après midi au siège de l’UFDG, les échanges de coups de poing  ont duré une bonne dizaine de minutes. Les  »gnamakalas, griots et autres troubadours » se sont eux-mêlés aux querelles. Dans leurs différentes prestations, ils s’envoyaient des piques, selon que l’on est du camp de gauche ou de celui de droite.

S’il est vrai que Bah Oury et Cellou Dalein Diallo ne cachaient plus leurs divergences, il faut cependant reconnaitre que c’est le volubile Fodé Oussou Fofana qui a servi d’agent de radicalisation entre les deux positions. Il fut en fait le premier à dégainer en affirmant que « Bah Oury nous trouvera sur son chemin, si son intention est de déstabiliser l’UFDG ».

Considérant son retour comme un non-événement, le pharmacien Oussou a ajouté qu’à son retour, il pouvait se faire accueillir par les jeunes du RPG- Arc-en-ciel. En réalité, lla grâce que le chef de l’état a accordée à Bah Oury est diversement perçue. Plusieurs hauts responsables de l’UFDG voient en cette grâce  »un pacte » qui ne dit pas son nom entre Alpha Condé et Bah Oury, avec des velléités de déstabilisation de l’UFDG. Pour ce dernier, il s’agit d’une main tendue du premier responsable du pays, tendant à apaiser les esprits en vue de donner une chance au pays, avec plus de stabilité. Et croit aussi que son parti n’a pas suffisamment mouillé le maillot pour son retour au pays.

A rappeler que Bah Oury qui avait été accusé d’être l’un des commanditaires de l’attaque qui avait visé la résidence du chef de l’état le Pr Alpha Condé, en juillet 2011. Depuis cette date, il s’était enfui en France où il a pu bénéficier de l’asile politique.

Suite à un procès inutilement long et ennuyeux, le banquier Oury avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par contumace, suite une Cour d’assise tenue à Conakry en 2013. Son retour au pays fait suite à une grâce présidentielle que le chef de l’état lui a accordée, ainsi qu’à une centaine de prisonniers. Pour le président Alpha Condé, ce geste a été posé dans le but de rassembler toutes les filles et tous les fils du pays, afin de faciliter la cohésion entre guinéens et faire participer chacun au développement du pays.

Alpha Camara

Gatineau, CANADA