jeudi , 29 juillet 2021

Impunité en Guinée : les confessions d’un avocat

La Guinée qui a traversé des périodes de troubles ayant fait des victimes depuis plusieurs décennies, peine à panser ses plaies. Pour mettre fin à cette impunité ‘’grandissante’’, le ministre de la justice, garde des sceaux, Me Cheick Sacko, a mis sur pied, une commission de  protection des victimes et des témoins.

 

Le président de cette commission, maître Tidiane Kaba, avocat à la cour, a indiqué que la structure  a été mise en place afin de créer la confiance entre la justice et les justiciables en Guinée.

 

Toutefois, a-t-il expliqué, l’impunité qui règne aujourd’hui en Guinée a des multiples causes :’’ la Guinée ne possède pas de politique criminelle pour prévenir la criminalité et sa répression. Le pays est confronté à un système carcéral inadéquat ne permettant pas l’exécution des décisions de justice. Les évasions sont très courantes. Les gens sont corrompus jusqu’aux os. La corruption a atteint un seuil à la sûreté que les négociations se font même pour sortir le délinquant le plus dangereux de la ville moyennant l’argent’’, avoue l’avocat.

La meilleure arme  pour lutter contre l’impunité, estime Me Kaba, dépend de la probité et du respect de la déontologie par les magistrats.

‘’Lorsque les magistrats ne sont pas punis dans leur forfait, ça ne peut qu’aggraver l’impunité. Le souci majeur de l’actuel ministre de la justice, c’est de sanctionner les magistrats. L’impunité donne une connotation de la négation du crime. Ne pas punir, ne pas mener d’enquête, c’est ça l’impunité’’, souligne l’avocat à la Cour.

Si l’impunité demeure, c’est parce que la justice ne joue pas son rôle, avoue notre interlocuteur.

Aujourd’hui, la non protection des victimes et des témoins a une conséquence fondamentale, qui est ‘’la défiance de la justice’’.

Pourquoi ? ‘’Parce que ceux qui ont été victimes de crimes ne viennent jamais faire le récit de ce dont ils ont été victimes. Les témoins qui sont des éléments clés d’une procédure judiciaire, qui doivent permettre au juge d’établir la vérité et de rendre une justice équitable, ne peuvent pas venir, parce qu’ils ne sont pas sûr d’avoir gain de cause, et ne sont pas sûr de leur protection’’, rétorque-t-il.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com