samedi , 18 septembre 2021

La Guinée reçoit des équipements pour les agents des Eaux et Forêts

C’est parti  pour l’opérationnalisation du corps paramilitaire des conservateurs de la nature « PAOCPCN » en République de Guinée. Des matériels et équipements  viennent d’être mis à la disposition du ministère de l’Environnement, des Eaux et Foret par l’Union européenne à cet effet.

Le lot de matériels qui vient ainsi d’être remis à la Guinée est composé de 3 Véhicules, 9 neufs Motos, 100 vélos et leurs équipements. Il comprend également 2 groupes électrogènes de 20 KVA, des appareils photos  numériques, des appareils de communications radios VHF, GPS,  des ordinateurs. Le tout, pour faciliter le travail des agents sur le terrain.

Pour madame Kadiatou  N’Diaye, ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, cette dotation, une initiative du président Alpha Condé mais financée par l’Union européenne  vient combler un besoin réel nécessaire pour  l’opérationnalisation du corps de conservation  de la nature, partie intégrante de la réforme du secteur de la sécurité.

 

Elle estime que cet accompagnement est important pour la conservation biologique, mais aussi la sécurisation des communications au niveau local.

Selon elle, la création de ce corps  constitue un témoignage réel de la prise en compte de la gestion durable des ressources naturelles dans les politiques  économiques  de développement de  la Guinée. « A travers ces équipements, les différentes unités pourront assurer fondamentalement le suivi écologique, la surveillance des aires protégées, la lutte anti-braconnage et  la coupe illicite du couvert végétal ». Les zones ciblées dans le cadre de ce projet sont le parc du Haut Niger, le  Ziama et le Nimba.

Selon Philipe Van Damme, Représentant l’Union Européenne en Guinée, la protection des forêts, des zones de biodiversité de valeur internationale, des bassins versants des grandes rivières régionales qui trouvent leurs sources en Guinée, est une obligation économique et morale envers les enfants et l’humanité. « Cette protection ne peut se faire en dehors d’un partenariat solide avec les populations riveraines », dit-il, pour justifier le soutien de l’UE.

Zézé Énéma Guilavogui
Tel 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com