jeudi , 20 juin 2024

Conakry : le nouveau gouverneur interdit le mot  »ethnocentrisme »

Le nouveau gouverneur de la ville de Conakry, Soriba Sorel Camara ne manque pas de vision. Et lors de sa prise de fonction lundi 24 mars, il a décliné son plan de travail.

En prenant fonction devant des personnalités de la capitale guinéenne, M. Camara qui remplace le volubile Commandant Sékou Resco Camara a fait savoir que ses priorités seront entre autres la lutte contre l’insécurité, la fourniture insuffisante de l’eau et de l’électricité.

 

Soriba Sorel Camara, qui croit qu’il n’est pas donné à n’importe qui de diriger un gouvernorat à deux reprises (puisqu’il revient à la tête de Conakry pour la deuxième fois) a félicité le président de la République pour le choix porté sur sa personne, ainsi que « son frère de lutte » le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana avec lequel il dit avoir parcouru le pays pendant la campagne électoral.

Pour l’ancien secrétaire général du ministère de l’élevage,  sa gestion des ressources humaines ne tiendra compte d’aucune distinction de sexe, de religion ni d’origine. En même temps, le nouveau gouvernement avertit ses sujets. Il ne sera plus question de prononcer certains mots dans son gouvernorat. Ces mots sont entre autres  » « ethninocentrisme », « peulh », « malinké », « toma » et « soussou ». La sanction encourue par les éventuels contrevenants n’a toutefois pas été divulguée par le tout nouveau gouverneur de Conakry.

 

« L’économie urbaine  a besoin d’être structurée pour offrir d’avantage l’opportunité aux jeunes et femmes des emplois », a indiqué Camara, ajoutant qu’il compte redynamiser les administrations municipales et relancer le développement des cinq communes de Conakry.

 

Zézé Enéma Guilavogui

+224 669 04 11 78

contact@kaloumpresse.com