samedi , 27 novembre 2021
Flash info

Lansana Kouyaté : « Notre sincérité pourra sauver l’opposition »

Mardi dernier, Lansana Kouyaté, ancien Premier Ministre et président du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN), était l’invité de l’émission Œil de Lynx, de la radio Lynx FM. Il est revenu sur l’organisation des élections législatives et l’unité de l’opposition.

Évoquant les recours déposés auprès de la Cour Suprême, Lansana Kouyaté s’est dit plus ou moins pessimiste. Selon lui, au premier tour de la présidentielle de 2010, l’arrêt de la Cour Suprême était contradictoire à l’introduction. « Il y a eu injonction. On n’a fait que plaquer une contradiction opposée à une introduction contradictoire », a expliqué Lansana Kouyaté.

 

Revenant sur l’implication du ministre Koutoubou Moustapha Sano dans l’organisation des législatives du 28 septembre dernier, il a précisé que c’est avéré que le ministre de la coopération a déchiré des procès verbaux de recensement des votes. « Quand le RPG a organisé une campagne à Kankan, il faisait le disque-jocker . Il y a eu plusieurs morts et blessés et Koutoubou était aux manœuvres », a révélé Lansana Kouyaté.

Parlant du score obtenu par les anciens alliés du RPG, Kouyaté a noté qu’il y a eu l’esprit de punition et ça va même au-delà des partis anciennement alliés au RPG. « J’attends que la Cour Suprême finisse pour dire tout ce qui s’est passé. Je vous dirai les raisons et tous les micmacs qui ont prévalu et les raisons qui animent le RPG par rapport à ces anciens alliés. Détruire le PEDN, c’est l’objectif du RPG Arc-en-ciel…. », martèle l’ancien Premier Ministre.

Revenant à nouveau sur la Cour Suprême, Kouyaté a dit qu’en Guinée, les membres de la Cour Suprême dépendent de quelque chose. « Quand vous occupez de telles positions, c’est pour chercher à survivre. Nous ne demandons pas à la Cour Suprême de jouer opposition. Mais elle doit jouer vérité, de façon indépendante, pour que la Guinée vive en paix. S’il est prouvé que nous avons tort, nous allons l’accepter….Si le droit n’est pas dit, nous nous retrouverons et nous en tirerons les leçons »,a-t-il précisé.

Il a enchaîné en soulignant que l’opposition a demandé l’annulation pure et simple du scrutin. Qu’à défaut, il y a 20 circonscriptions où il faut tout reprendre. Que c’était logique de demander de sursoir aux manifestations parce que les résultats de la Cour Suprême ne sont pas connus. C’est la publication des résultats par la Cour Suprême qui va pousser l’opposition à agir positivement ou négativement.

Des alliances à l’occasion des législatives, Kouyaté a noté que l’alliance était minimale et l’opposition doit tirer les leçons de ça. « Quand c’est une alliance avec un scrutin à un tour, on dit que tel se présente-là, tel ne se présente pas là. Soyez rassuré, j’ai bénéficié du soutien de l’UFDG dans toute la Guinée à l’uninominale. Nos deux fédérations ont travaillé ensemble. Après les élections législatives, les fédéraux de l’UFDG et du PEDN ont été mutés. Ça a été fait pour décapiter l’opposition…Nous devons tirer le leçons de tout ça pour faire des alliances solides. Mais quelque soit la loyauté qu’on mettra dans les alliances, s’il y a des fraudes telles que nous l’avons constaté, ça ne peut pas marcher », confesse Lansana Kouyaté.

Malgré les suspicions, Kouyaté pense qu’il faut féliciter l’opposition guinéenne qui est parvenue à aller au bout dans l’unité. Qu’il faut éviter de prendre l’accessoire pour le principal.

In Guinéedirect