lundi , 20 septembre 2021

Les Guinéens votent, enfin !

Les bureaux de vote sur l’ensemble du territoire guinéen ont ouvert samedi  laissant ainsi la latitude aux Guinéens de choisir les députés qui vont siéger à la future assemblée nationale.

Les élections législatives qui devaient se tenir 6 mois après la prestation de serment du président et reportées à plusieurs reprises faute de confiance entre opposition et pouvoir sur le processus électoral sont enfin lancées.

 

« Tous les bureaux de votes ont ouvert à 7h et seront fermés à 18h », a confié le chargé de la communication de la Commission électorale nationale indépendante, Yéro Condé, à notre rédaction.

Au collège Gbessia-Centre dans la commune de Matoto, l’engouement était perceptible sur les visages des électeurs qui étaient en attente de voter. Tous sont engagés à accorder leurs voix au candidat qui, selon eux, peut faire l’affaire de leur commune et du pays tout entier. Un sentiment nationaliste se lisait aussi sur les visages.

 

Personne ne veut laisser son prochain faire le choix à sa place. Ici, on veut empêcher les tourneurs en rond et ceux qui veulent diviser la Nation d’accéder au parlement.

« J’ai voté parce que je suis Guinéenne avant tout. Et j’ai confiance en la personne pour qui j’ai voté », confie mademoiselle Aissata Dramé, 23 ans, employée dans une société de sécurité à Conakry. ‘’Nous voulons à présent que la jeunesse trouve de l’emploi et que l’on vive dans la paix’’, ajoute-t-elle.

‘’Je suis venu voter pour libérer le pays et nos enfants’’, affirme de son coté Moussa Diaré, 59 ans. ‘’J’ai voté pour que la paix entre dans ce pays. Je veux que la future assemblée contribue à l’ouverture de la Guinée et que les Guinéens, femme comme hommes, retrouvent de la joie.  J’attends à ce que la future assemblée prenne des bonnes initiatives allant dans le sens du développement’’, dit-il.

Quelques problèmes sont cependant signalés dans certains bureaux de vote. Manque d’encre indélébile et de listing, entre autres. Sur des cartes d’électeurs, certains enseignants sont passés pour « Autres » et des anciens officiers de police sont devenus « ménagères ».

« Tout se passe normalement. Le vote se déroule dans de bonnes conditions et nous n’avons enregistré aucune pagaille », confie pour sa part, Soriba Sorel Camara, président du bureau de vote N°3 de Gbessia-Centre.

Elie Ougnan
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com