samedi , 22 janvier 2022
Flash info

Conakry : Clash entre militants de l’opposition et de la mouvance présidentielle

Des échauffourées ont opposé lundi des militants du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), parti au pouvoir à ceux de l’opposition essentiellement issus du parti Union des forces démocratiques de Guinée à Madina – Boussoura, dans la commune de Matam à Conakry.

Jets de pierres, boutiques et magasins fermés, et d’autres vandalisés, circulation perturbée, l’atmosphère était très tendue ce lundi sur l’axe Constantin – Madina (Niger), le grand centre commercial de la capitale guinéenne.

Sur les circonstances de ces affrontements à une semaine des élections législatives fixées au 24 septembre, Mamy Keita  un témoin proche du RPG accuse les militants de l’opposition. « Ce que nous vivons aujourd’hui, a commencé le samedi dernier. Le  chef du quartier et ses enfants avaient mobilisé  les jeunes pour battre la campagne au compte du  RPG Arc-en-ciel. Un commerçant ambulant qui revend des plastiques et qui portait un tee-shirt à l’emblème de UFDG est venu s’introduire dans le groupe, appelant de vive voix à voter l’UFDG. Le groupe l’a conseillé de s’éloigner du lieu de l’animation. Il n’a pas obtempéré. C’est  là que tout a commencé ».

Kéita a confié à Kaloumpresse que pour cette journée du lundi, ce sont les partisans de l’UFDG qui se sont regroupés pour attaquer à nouveau ceux du RPG Arc-en-ciel. Et comme la jeunesse de Madina n’est pas prête à croiser les bras, elle a riposté, a-t-il affirmé.

Dans le camp de l’opposition, on impute naturellement la responsabilité de cette vive tension à l’adversaire politique. Djouldé Sow, commerçant et militant de l’UFDG donne sa version des faits. « Dès 6 h, je suis venu coïncider au bras de fer qui oppose les deux camps. Je n’ai pu ouvrir ma boutique. Je  me suis introduit  dans le groupe de l’UFDG et nous nous sommes fait lapider dans des jets de pierres jusqu’à  l’arrive des forces de sécurité. Ceux -ci à leur tour ont utilisé le gaz  lacrymogène pour disperser la foule ». Selon Sow les agents de sécurité, à la solde du RPG, protégeaient les militants de ce parti et détriment de ceux de l’opposition.

Le calme était revenu dans le secteur de Madina en fin d’après midi. Plusieurs manifestants ont été blessés et des cas d’interpellation sont signalés. Des magasins et boutiques étaient fermés.

L’opposition a annoncé samedi dans un communiqué vouloir manifester le 19 septembre à Conakry et sur l’ensemble du territoire national si la CENI n’affiche pas les listes électorales corrigées et ne reprend pas le découpage électoral. Même si le leader de l’opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo exclut toute idée de boycott du scrutin, la tension est montée d’un cran dans le pays depuis cette menace.

Zézé Enéma Guilavogui
+224 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com

 

 

———————————-

Note : Photo d’archives.