vendredi , 24 septembre 2021

Mandela: la présidence regrette les querelles de la famille

La présidence sud-africaine a jugé vendredi « regrettables » les dissensions au sein de la famille du héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela et a tenu à s’en distancier.

« C’est regrettable qu’il y ait une dispute entre des membres de la famille et nous aimerions qu’elle soit résolue à l’amiable aussi vite que possible », a déclaré le porte-parole de la présidence Mac Maharaj dans un entretien à l’AFP-TV.

« Mais nous ne sommes pas impliqués dans cela et nous n’avons pas à être tenus responsables », a-t-il ajouté depuis Durban (sud-est).

Quinze membres de la famille de l’ancien président, hospitalisé dans un état critique, avaient saisi la justice la semaine dernière contre l’aîné de ses petits-fils, Mandla, pour une affaire de sépultures familiales déplacées.

Mandla avait unilatéralement transféré en 2011 les dépouilles de son père, son oncle et sa tante du carré familial de Qunu (sud), le village d’enfance de Nelson Mandela où il souhaite être enterré, vers Mvezo. Chef traditionnel de cette bourgade, Mandla y porte un grand projet touristique.

Accédant à la demande des plaignants, un tribunal a ordonné mercredi le retour des dépouilles et les trois enfants du Nobel de la Paix ont été remis en terre jeudi à Qunu.

Dans le cadre de la procédure, les plaignants avaient transmis des documents pour justifier l’urgence de leur action. Nelson Mandela « est dans un état végétatif permanent » et, sur conseil des médecins, la famille a envisagé de débrancher les appareils qui le maintiennent en vie, peut-on lire dans ces documents datés du 26 juin, dont l’AFP a obtenu copie.

« Je n’ai pas à rendre compte de documents judiciaires », a commenté Mac Maharaj. « Nous n’avons transmis aucun document et n’avons pas à dire si c’est vrai ou faux », a-t-il ajouté.

Mais, face à l’écho rencontré par la publication de ces documents, « nous avons vérifié avec l’équipe de docteurs (en charge de la santé de Nelson Mandela) et ces médecins ont nié qu’il soit dans un état végétatif » à l’heure actuelle, a-t-il ajouté sans s’étendre sur son état de la semaine passée.

Les documents avaient été rédigés le jour-même où le président Jacob Zuma avait décidé d’annuler un voyage à l’étranger après avoir rendu visite à son illustre prédécesseur, ce qui avait fait craindre le pire aux Sud-Africains.

L’icône de la liberté et de la réconciliation, qui fêtera ses 95 ans le 18 juillet, est hospitalisé depuis le 8 juin pour une récidive d’une infection pulmonaire qui le tourmente depuis deux ans et demi.mandela

AFP