dimanche , 1 août 2021

L’UGDD condamne le meurtre du chauffeur à Mamou et les violences qui s’en sont suivies

L’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), un des partis sur l’échiquier politique guinéen, a condamné mercredi l’assassinat du chauffeur par un militaire à Mamou et les échauffourées qui en ont résulté. Déclaration.


L’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD) a été bouleversée d’apprendre la mort d’un conducteur de taxi attribuée aux forces de l’ordre selon les premières déclarations reçues des populations de Mamou.

L’UGDD condamne – tout d’abord – avec la dernière énergie cet acte crapuleux qui, une fois encore, vient ternir l’image des forces de sécurité et renforcer la méfiance entre les populations censées être protégées par ces dernières.

Aux familles éplorées, L’UGDD s’incline en adressant ses condoléances attristées et s’associe à leur douleur.

Aux forces de sécurités de faire profile bas dans la réparation des dommages causés et de se soumettre à l’accomplissement stricte de leur mission de protection des citoyens.

Aux autorités de veiller à l’application effective de cette mesure de levée des nombreux  barrages (qui ne peuvent se justifier que dans un Etat de guerre) et de traduire le coupable devant les tribunaux pour que justice soit faite. Cette action doit être un cas d’école pour le Gouvernement actuel.

L’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement attachée à sa vision de prospérité économique et de démocratie apaisée et participative s’érige contre toute violence et toute restriction de circulation des citoyens et de leurs biens. Ce cas de ce citoyen qui voulait librement circuler et jouir de ses droits économiques nous rappelle l’interdiction de la circulation des denrées de première nécessité par les autorités civiles et militaires pendant plus de six mois en Guinée Forestière que nous avons dénoncée dans une déclaration le 17 janvier 2012.

Ces actes loin de consolider la paix et le tissu social et de propulser une dynamique de développement, fragilisent ceux-ci et découragent les investisseurs, violent la constitution, l’acte fondateur de la CEDEAO et la déclaration universelle des droits de l’homme.

L’UGDD est disposée a discuté avec tous les acteurs (politiques, administratifs, société civile…) pour trouver de solutions durables et efficientes gagent de la démocratie et du développement social et économique.

L’UGDD au service des couches laborieuses

Vive la Démocratie / Vive le Développement

Conakry, le 6 Juin 2012                        

Pour le BPN,
Le Secrétariat à la Communication