mercredi , 5 octobre 2022

Audit de la CENI : les personnalités guinéennes épinglées par le rapport de l’Union Européenne

Le rapport d’audit financier de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) bénéficiaire de la subvention de l’Union Européenne pour l’achat et l’acheminement des documents électoraux éclabousse de hautes personnalités de la République au nom d’un prétendu appui aux institutions pour un coût estimé à plus de 35 milliards de francs guinéens. Telle est l’information apprise par Guinéenews dans ledit rapport.

Joint au téléphone, le commissaire Thierno Saidou Bayo a mis à l’index l’actuel président de la CENI, Loucény Camara, comme étant le principal ordonnateur de tout ce décaissement.

Le MATAP empoche onze milliards

Tout d’abord, le rapport révèle qu’un milliard 610 millions de francs a été dégagé à l’ordre du Ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation (MATAP) pour appui au MATAP.

Ensuite, cinq cent millions à l’ordre de Touré Ibrahima Lahaly et cent dix autres millions à l’ordre de Touré Davuda ont été successivement dégagés pour appui au MATAP.

Encore, un milliard 490 millions à l’ordre d’Ibrahima Bah et de Touré Davuda et 300 autres millions à l’ordre d’Aly Badara Kakiro ont été décaissés pour, dit-on, appui au MATAP.

Encore, deux milliards 500 millions ont été dégagés à l’ordre du MATAP pour appui au MATAP.

Encore, quatre milliards 520 millions ont été dégagés à l’ordre du MATAP sur requête introduite par le ministre Nawa Damey pour appui au MATAP comme activités relatives au processus électoral du second tour de l’élection présidentielle guinéenne.

Encore, cinq cent millions à l’ordre du MATAP et 250 autres millions ont été déboursés à l’ordre d’un certain Ibrahima Lahaly Touré pour, dit-on, appui au MATAP.

650 millions d’abord, puis 150 millions ont été dégagés à l’ordre d’Ibrahima Bah.

La FOSSEPEL se tape douze milliards

Deux millions d’abord, puis cinq cent millions ont été successivement dégagés à l’ordre de la FOSSEPEL pour appui à la FOSSEPEL avec copie chèque acquitté par le capitaine Souleymane Kourouma.

Encore, trois cent millions ont été dégagés à l’ordre de la FOSSEPEL sur requête du lieutenant-colonel Ibrahima Baldé pour « installation du mobilier du siège et ‘’certaines dépenses immédiates’’.

Encore, un milliard a été dégagé pour règlement de l’acompte de la FOSSEPEL à l’ordre de la FOSSEPEL sur requête introduite par le Général de brigade Ibrahima Baldé comme avance du second tour.

Encore, onze milliards 375 millions ont été dégagés à l’ordre de la FOSSEPEL pour appui à la FOSSEPEL.

Le ministère de l’information décaisse cinq milliards

Un milliard de francs a été dégagé à l’ordre de la DNSI sur requête introduite par le Premier ministre Jean Marie Doré pour appui au ministère de la communication comme prise en charge des équipes multimédia.

Un milliard 800 millions a été également dégagé à la demande de la DNSI sur requête introduite par le Premier ministre Jean Marie Doré pour prise en charge des équipes multimédia.

674 millions ont été dégagés sur requête du ministère de la communication pour appui à son ministère comme rallonge budgétaire au deuxième tour.

Un milliard a été dégagés pour appui au ministère de l’information à l’ordre de la DNSI sur requête introduite par le Premier ministre Jean Marie Doré pour prise en charge des équipes multimédia.

Appui à la Cour Suprême

Deux cent millions de francs guinéens ont été déboursés à deux reprises à l’ordre de Robert Guilao sur requête introduite par le Premier président de la Cour Suprême pour, dit-on, appui logistique ou appui à la Cour Suprême comme son budget du second tour.

Appui au CNT, CNC et CES

Quant au Conseil National de la transition (CNT), il a raflé 6 millions d’abord, ensuite 30 millions à l’ordre d’un certain Camara Cheick Sékou et enfin 747 millions pour appui au CNT.

Autres institutions, le conseil national de la communication (CNC), qui s’est tapé 206 millions à l’ordre de Koné Kova Guilavogui sur requête introduite par son président d’alors, Jean Raymond Soumah comme communication du premier tour de l’élection présidentielle.

Autres institutions, le Conseil économique et Social (CES) s’est tapé 150 millions à l’ordre de Mamadou Condé.

Le gouvernorat et les syndicalistes ont été servis

Le Gouvernorat de Conakry n’est pas en reste. Pour preuve, cinquante millions d’abord, puis cent millions ont été successivement déboursés en sa faveur à l’ordre d’un certain Momo Soumah.

Encore, 193 millions d’abord, puis 602 millions ensuite, 284 millions enfin ont été dégagés pour appui aux ambassades et autres dépenses.

Les syndicalistes aussi. Quatre vingt millions de francs guinéens ont été dégagés à l’ordre de Mamadou Mansaré sur requête de l’inter-centrale pour appui aux syndicalistes.

850 millions ont été décaissés pour la formation du centre de la coordination de la société civile.

Appui à la décentralisation

Cinquante millions ont été déboursés à l’ordre de Tinguiano Saa Mouctar pour appui au ministère de la décentralisation.

Cinquante un millions ont été dégagés pour appui au ministère de la décentralisation comme primes de la cellule technique.

Cent millions ont été déboursés à l’ordre de Touré Alkhaly Lamine pour appui au ministère de la décentralisation.

Cinquante un millions ont été décaissés à l’ordre de Mohamed Garé pour appui au ministère de la sécurité.

Autres structures

Dix millions de francs ont été dégagés pour appui au cabinet du président. Cent autres millions ont été décaissés pour appui à la présidence à l’ordre d’Aboubacar Stephen.

283 millions de francs ont été déboursés pour, prise en charge du collège médical. Trente un autres millions ont été décaissés pour le transport médicalisé au second tour.

Quatre vingt millions de francs ont été dégagés pour appui aux structures ( ?). Ensuite, cent quatre vingt autres millions ont été déboursés pour appui aux diverses structures ( ?).

Neuf millions ont été dégagés pour les primes des journalistes. Quel journaliste ? Le rapport ne le dit pas.

Nous y reviendrons.

Guineenews