vendredi , 30 septembre 2022

SOTELGUI : Moussa Kéita impliqué dans un détournement de 3 milliards GNF

La malversation financière souvent organisée par des responsables de l’administration de l’Etat guinéen, est devenue monnaie courante dans les départements ministériels du pays. C’est le cas de la Sotelgui où, après tant de mois d’enquêtes initiés par le ministère des Postes et Télécommunications, le directeur général traverse une période de tempêtes.

 

Il s’agit là, d’un écart de trois milliards de francs guinéens trouvé dans la masse salariale qui, aux dires de Moussa Kéita, selon nos sources, servaient au payement de salaires des travailleurs de la Sotelgui, qui éprouvent actuellement d’énormes difficultés à cause de mauvaise gestion du DG.

Ce montant, révèlent nos sources d’information, est débloqué à la fin de chaque mois pour permettre au directeur de payer ses travailleurs. Mais, en réalité, il servait à l’amélioration des conditions de vie de la famille du directeur générale, notamment ses proches collaborateurs, la DRH, la direction générale et syndicat qui sont dit-on, ses complices de tous les temps.  Avec la complicité de ces derniers, Moussa Kéita nageait dans les trois milliards décaissés souvent, au nom des pauvres travailleurs de la Sotelgui qui risquent de brûler en pleine journée.

Comme il sait qu’il doit, à la longue expliquer les écarts absorbés des mois passés, Moussa Kéita, toujours à travers la direction générale, le syndicat et la DRH a procédé clandestinement au recrutement urgent des stagiaires  dans les environs des quartiers Almamya et Boussoura, rassurent toujours nos sources dignes de fois. Quant à lui, le ministre des Poste et Télécommunications Oyé Guilavagui, après tant de mois d’enquête a demandé des comptes et justifications à son frère DG qui doit l’aider à voir clair dans le dossier de malversations financières qu’on lui reproche. Un point c’est tout. Car, il s’est rendu compte que l’effectif du personnel de la Sotelgui qu’il connait maintenant, ne demande pas le montant à la fin de chaque mois. Les enquêtes du ministre Guilavogui, dit-on, l’ont permis de savoir que les travailleurs de sa boite  ne peuvent absorber que deux milliards de francs guinéens au lieu de trois milliards que Moussa Kéita débloquait frauduleusement avec ses acolytes, traités de caïmans affamés de la Sotelgui.

Stupéfait du mauvais comportement du DG, Oyé Guilavogui a récemment instauré au sein de la direction générale de la Sotelgui, un comité qui va travailler pour tirer au clair la gestion catastrophique de Moussa Kéita qui a plongé ses travailleurs dans la merde. Avant, il y avait à la Sotelgui et pour tous les travailleurs, des primes de laboratoires, de pharmacies, d’hospitalisations et d’évacuations sanitaires. Tous ces avantages  étaient pris en charge par l’Etat. A son arrivée, témoigne nos sources, Moussa Kéita a supprimé tous ces privilèges qui ne reviennent qu’aux membres de sa famille et celles de ses acolytes. Pour sauver sa tête, Moussa Kéita fait actuellement des traques dénigrant son chef hiérarchique. Se sentant à la marge du lobbying de la magouille, Oyé Guilavogui a initié à compter de la fin du mois de mars, une politique du payement individuel de tous les travailleurs de la Sotelgui. Histoire de chasser les flottants. Voilà la chose pour laquelle une lutte sans merci est engagée entre le directeur et son ministre, tous prêts à se donner en spectacle dans les jours à venir, si le plus haut sommet ne réagit pas.

Plus cupide que Moussa Kéita, tu meurs, affirment nos sources qui révèlent que même des sommes prélevées sur le salaire des travailleurs formant une mutuelle, sont bouffées par le DG et son staff qui ne gorge que des hommes vicieux. C’est pour toutes ces raisons que le ministre Oyé Guilavogui n’entend pas baisser les bras. Il jure de poursuivre la lutte pour avoir clair  dans cette affaire qui, a encore une fois, terni l’image de marque des responsables loyaux de la Sotelgui, nid des corrupteurs et mafieux.

Nous y reviendrons dans nos prochaines parutions…

Les échos