vendredi , 17 septembre 2021
Flash info

Attentat contre la résidence du président Alpha Condé : l’UFDG riposte !

Dans un communiqué qu’elle vient de publier, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée dénonce ce qu’elle appelle « la violation du secret de l’instruction, des principes sacrés de la présomption d’innocence et de l’indépendance de la justice », après les propos du chef de l’Etat annonçant l’implication de Bah Oury dans l’attaque armée contre sa résidence.

La Direction Nationale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, UFDG, vient d’apprendre, à travers une interview accordée à deux médias sénégalais, que le Président de la République désigne M. BAH Oury, Vice-Président du parti, comme étant l’un des commanditaires de l’attaque perpétrée contre son domicile le 19 juillet 2011, sans toutefois donner aucun élément de preuve sur l’implication de M. Bah.


Il faut rappeler que l’UFDG, par la voix de son Président, avait condamné, le jour même, ce qui avait été présenté à l’époque comme une tentative d’assassinat de M. Alpha Condé.


Il importe de rappeler également que quelques heures après l’attaque, le domicile de Bah Oury a été saccagé et vandalisé par des hommes en uniforme. La maison du beau-fils de Cellou Dalein Diallo a été perquisitionnée et les membres de sa famille brutalisées  et arrêtées, le 21 juillet à 5h du matin.


L’UFDG, dans un souci de transparence et de crédibilité des enquêtes, avait recommandé, en même temps que ses alliés du Collectif des Partis Politiques pour la Finalisation de la Transition, la mise en place d’une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur cet évènement.


Mais on se souvient que, dès le lendemain de l’attaque de sa résidence, avant même le début des investigations, le Chef de l’Etat avait indexé une « certaine communauté, des responsables militaires, des opérateurs économiques et des leaders politiques », comme les commanditaires de cette opération.


Par cette prise de position, il orientait déjà les enquêtes et influençait la procédure judiciaire.  En effet, comment dans ces conditions les officiers de la Police Judiciaire et le Juge d’Instruction pourraient-ils tirer des conclusions ou prendre des décisions contraires à la volonté officiellement exprimée par le Chef de l’Etat ?


Aujourd’hui, fidèle à sa logique, le Président de la République accuse nommément et sans aucune preuve, Messieurs BAH Oury, Tibou Camara et Amadou Oury Diallo dit Sadaka, comme étant les commanditaires, et les gouvernements sénégalais et gambien comme complices de cette opération.


Compte tenu de ce qui précède, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée :


·    dénonce l’acharnement dont sont victimes ses responsables et militants ;


·    condamne la violation flagrante par le Président de la République du secret de l’instruction, des principes sacrés de la présomption d’innocence et de l’indépendance de la justice ;


·    attire l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les conséquences que ces violations des règles de l’Etat de Droit et de la séparation des pouvoirs pourraient avoir sur la crédibilité de l’instruction, sur la paix sociale et l’unité nationale dans notre pays.

La Direction Nationale de l’UFDG demande à ses militants, sympathisants et à tous les démocrates guinéens de rester vigilants, unis et mobilisés contre l’injustice et l’arbitraire.


Conakry, le Lundi 12 Septembre 2011


La Direction Nationale du parti