dimanche , 26 septembre 2021

Gouvernance écorchée, des canaux pour drainer toutes les controverses

La tentative d’assassinat contre le président de la République, le Pr Alpha Condé relève d’un calcul machiavélique qui en dit sur le mental de ses acteurs et leurs  » commanditaires » cachés dans l’ombre de leurs ambitions folles, surtout à un moment où la paix sociale devient un impératif.

Toutefois à la faveur de cet évènement regrettable, il est à redouter que la suite du feuilleton  ne soit une justice des vainqueurs. C’est-a-dire une justice qui contribuerait à déstabiliser davantage la Guinée, à travers une stigmatisation communautariste pouvant dégénérer, à la longue, en une crise sociale des plus aiguës.

L’occasion de cet évènement non souhaite semble déjà être mise à profit pour vider dans les caniveaux des perdants, toutes les ordures encombrantes qui auraient pu constituer des points  de discorde entre les autorités en place et une certaine opposition politique dont le sort semble dévier  de la voie souhaitée, du fait de l’omerta imposée par cet évènement-attaque du domicile présidentiel-dont nul ne sait la suite.

L’opportunité sera mise à profit  pour écouler les affaires encombrantes, le président de la CENI est élu, entre autres. Des décisions en instance seront peut être prises  dans le sens du renforcement du pouvoir qui vient de jouir d’une importante compassion  pour avoir échappé aux tours de l’ambition viscérale nourrie par ceux qui ne croyaient plus a la vertu des urnes. Le pouvoir Condé, il faut oser le penser, est en position légitime par rapport au fait que les derniers événements lui ouvrent largement la voie a la réalisation de ses projets les plus discutables, dont le recensement intégral de la population qui ne trouve plus sa nécessite d’être, pour la simple raison qu’un froid hivernal  s’est rependu sur le camp adverse.

D’ailleurs, le chef de l’État n’en trouve plus l’utilité presse de profiter de la situation actuelle  que lui a donné la tentative d’assassinatcontre sa personne . Dépassés par les événements, ses adversaires semblent privés d’atouts pour détourner le regard de ceux qui, déjà, ont scellé leur choix avec le président  » miraculé ». En d’autres termes il faut battre le fer quand il est chaud, et cela , les autorités l’ont bien compris. Lounceny Camara étant déjà au point pour conduire la future course électorale, le recensement ne sera plus nécessaire et le temps pour aller aux élections législatives est opportun. El hadj Cellou Dalein Diallo et son vice-président apprécieront, a distance, le sort qui sera réservé a leurs militants de leur présence par ce qui ressemble pathétiquement à un exil politique.

A quand la fin du calvaire pour les Guinéennes et Guinéens.

Le Défi plus