mercredi , 20 octobre 2021

La Corée du Sud veut investir en Guinée

Le chef de la diplomatie guinéenne s’est entretenu mercredi, 15 juin 2011, à Conakry avec une forte délégation sud-coréenne venue de Séoul, a-t-on constaté.

 

Comprenant une douzaine d’officiels, cette délégation dirigée par le vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères doublé de sa casquette de ministre des ressources naturelles, était composée de représentants de banques export-import, de la primature de la Corée, de la firme Samsung, du secteur privé, des représentants de l’ambassade coréenne à Dakar et de Mohamed casus Dioubaté consul honoraire de la Corée du Sud en Guinée.

En fait, à part quelques séjours sporadiques dans notre pays de l’ambassadeur de la Corée du sud en Guinée avec résidence à Dakar, cette délégation est la première mission officielle de ce pays d’Asie orientale à foulé le sol guinéen. Près de six ans donc après l’établissement des relations diplomatiques entre Conakry et Séoul le 28 août 2006, ce dragon d’Asie sort le grand jeu pour d’avantage charmer la Guinée et les Guinéens ; et cela à juste raison. Car comme l’a dit Kim Eun Seok, chef de cette délégation au ministre des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger :

« Il y a 50 ans la Corée du Sud a connu le même cheminement que la République de Guinée. Mais nous avons su transcender nos difficultés et nous imposer comme puissance économique mondiale où le revenu par tête d’habitant est passé de 50 dollars à 20 mille dollars, nous avons réussi aussi la démocratie et le développement » Cette démarche, précise l’orateur, la Guinée peut la réussir également ; et c’est pourquoi la Corée aimerait apporter sa contribution efficace au développement de cette nation amie. En tout cas, commente le ministre sud coréen des ressources naturelles, nous souhaitons engager avec votre pays des relations qui vont s’amplifier au bénéfice de nos deux nations.

En termes d’illustration, le vice-ministre sud coréen des Affaires étrangères a affirmé que son pays, dépourvu de toutes ressources naturelles, importe par an 97 pour cent de ses besoins à hauteur de cent milliards de dollars américains. Et en ce qui concerne précisément le fer, l’uranium et diverses autres ressources spécifiques, l’importation annuelle, dit-il, est estimée à 18 milliards dollars. « Nous sommes donc demandeur de ces matières premières dont vous disposez, et nous nous sommes très forts en créativité. Nous pensons ainsi que nous pouvons entretenir une coopération efficiente et réciproquement bénéfique pour nos deux pays. C’est dans cette optique que nous souhaitons rencontrer les décideurs de votre pays pour discuter de projets concrets de coopération utile », a conclu Kim Eun Seok.

Souhaitant la bienvenue à cette importante délégation, le chef de la diplomatie guinéenne a confirmé l’engagement du gouvernement guinéen de réchauffer et diversifier les relations de coopération avec la Corée du sud. A ce sujet, fait-il remarquer, la volonté du Chef de l’Etat est claireet il va même bientôt nommer un ambassadeur à Séoul pour rendre plus fonctionnelle notre ambassade qui est déjà ouverte en Corée du sud. Mais, note Dr Edouard Niankoye Lama, nous souhaitons la réciprocité en la matière afin que Séoul nomme aussi un ambassadeur résident à Conakry.

Dans son intervention, le ministre des Affaires étrangères entouré des membres de son cabinet a mis l’accent sur les multiples ressources naturelles dont dispose la Guinée et qui peuvent catalyser son développement. Il a évoqué l’amélioration du cadre juridique et l’environnement des affaires, ainsi que le code des investissements. Les potentialités agricoles et touristiques ont été également mises en relief. « Tout cela, déclare le ministre guinéen des Affaires étrangères, pour vous dire que nos deux pays disposent des éléments de réussite de notre partenariat ».

Concernant l’ouverture d’une ambassade sud-coréenne à Conakry, le ministre Kim Eun Seok a dit avoir pris note de la requête guinéenne qu’il soumettra au gouvernement de son pays. Il a, en fin, souhaité qu’un bon accueil soit réservé à la multitude d’entrepreneurs et d’hommes d’affaires sud-coréens qui vont déferler sur la Guinée après son départ de Conakry.

Noter que cet entretien s’est déroulé dans la salle des audiences du département des Affaires étrangères en présence de deux conseillers du chef de l’Etat chargé respectivement des questions de diplomatie et de coopération.

A rappeler aussi qu’après l’établissement des relations diplomatiques entre la Corée du Sud et la Guinée, Séoul avait offert une assistance budgétaire, plus d’une trentaine de véhicules Hundai, des équipements électriques et bureautique à la Guinée. Un geste sous forme de dons qui avait été vivement apprécié par les autorités guinéennes d’alors ; c’était au moment où l’actuel secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon était chef de la diplomatie sud-coréenne.

Dépêche de Cissé Aboubacar, directeur de communication du ministère des Affaires étrangères à Conakry.