mercredi , 28 juillet 2021

Affaire de la suspension des journalistes, où est la confraternité ?

A la RTG, trois présentateurs vedettes ont été sommés (verbalement) de ne plus montrer leurs têtes à claques à la petite lucarne : Marie Louise Sanoussy, Ciré Dieng et Ibrahima Ahmed Barry. Depuis cette mise à l’écart, jusque-là injustifiée, aucune voix ne s’est fait entendre au niveau d’abord des présentateurs du JT même pour aller s’informer au niveau de leur patron pour comprendre la faute commise tout simplement par leurs collègues.

 

Ils n’ont produit aucun communiqué, ni une déclaration ou tout au plus entreprendre des démarches en vue de trouver une issue négociée à l’affaire. Le syndicat si prompt à faire des réclamations d’ordre pécuniaire ou logistique est resté muet comme une carpe: Les associations de presse telles que L’AJG, L’URTELGUI, L’AGPI, L’AGUIPEL etc. Sont restées bouches cousues.

Récemment le siège du groupe de presse L’Indépendant le Démocrate a été assiégé, des journalistes de la presse privée molestés à l’aéroport, l’hebdomadaire Le Défi suspendu à cause d’un médiateur en perte de vitesse et de repère sous le regard distant du CNC.

Aujourd’hui la presse se demande à quel saint se vouer ?

SOURCE : L’Observateur