Bannière
Bannière
Bannière
Bannière

Faranah : un enseignant roué de coups par son élève

  • PDF

Un élève de la 9ème Année 3 au Collège Niger de la Commune Urbaine (CU) Faranah, Mamady Camara alias Boza a blessé un de ses professeurs à la tête à l’aide d’un bâton, jeudi, 09 février 2017.


Selon la victime, Fassaly Traoré, surveillant général du Collège Niger, en même temps chargé des cours de Géographie et d'Education Civique et Morale, l'affaire a commencé mardi, 06 février, quand il a constaté la présence de quatre (04) élèves mal coiffés
en classe et qu'il a renvoyés aussitôt avec instruction de se défaire de cette façon de se coiffer avec des cheveux teintés par endroit.

 

Trois de ces élèves ont obéi. Le quatrième a refusé et a continué de fréquenter l'école.


«Je l’ai repéré et le renvoi à nouveau. C’est ainsi qu’il a répliqué avec des propos menaçants à mon endroit. Le directeur des Etudes, Mamady Bintou Oularé a donné 2000 GNF à l'élève récalcitrant pour se faire coiffer et faire venir un de ses parents pour demander pardon au surveillant. C'est dans ce sens que l'élève, avec la même coiffure fait venir une dame qu'il présente comme sa maman. J’ai reçu la dame et pour l’expliquer le motif de sa convocation par l'école. L'élève réplique de nouveau avec insistance.

 

«Si le surveillant l'empêche d'étudier qu'il le regrettera toute sa vie». C'est dans cet échange que la colère de l'élève est montée.»


Soudain il se sert d'un bâton pour menacer les membres de la Direction de l’école. Le surveillant lui, reçoit un coup sur sa tête. Il est admis à l'Hôpital régional de Faranah, quelques minutes après, pour des soins d'urgence.


Aussitôt informé, le directeur préfectoral de l'Education de Faranah par intérim, Daouda Doumbouya et certains cadres de la Direction Préfectorale de l'Education (DPE) se sont rendus sur les lieux pour des fins de sensibilisation en vue d'un retour à la normale.

 

Selon le chef de classe de la 9ème A3, l'élève Mamady Camara alias Boza est un habitué des perturbations des cours. En attendant, les services compétents ont ouvert les enquêtes pour plus d'éclaircissement.


Source : Sanakou (Magazine d’informations de proximité de la Guinée Profonde)