Bannière
Bannière
Bannière

Il a échappé à la mort à 27 reprises: voici l'homme qui refusait de mourir

  • PDF

Trois accidents, deux électrocutions, deux tumeurs, une crise cardiaque, un attentat à la bombe et une explosion au gaz: Ian Francis a souvent vu la mort de près mais sa bonne étoile a toujours été à ses côtés. Il a raconté son histoire incroyable au tabloïd The Sun.



Ce père de cinq enfants, également grand-père à six reprises, en a déjà vu de toutes les couleurs durant son existence, alors qu'il n'a que 48 ans. Tout a commencé avec deux électrocutions. "En 1989, j'ai reçu une décharge d'une télévision que j'étais en train de réparer", explique-t-il au Sun. "J'ai volé dans la pièce. Trois ans plus tard, j'ai été électrocuté à cause d'une prise mal branchée. J'ai été transporté à l'hôpital pour de sérieuses brûlures aux mains."

L'année 1992 n'a pas été de tout repos, puisque c'est cette année-là qu'il a perdu la vue. "J'avais déjà des problèmes aux yeux à la naissance. Mais cela s'est empiré. Jusqu'à ce que je ne parvienne plus à voir", regrette-t-il.

Un an plus tard, il a été impliqué pour la première fois dans un grave accident. Il a été renversé par une camionnette volée. Le conducteur ne s'est même pas arrêté. Même chose en 2006, où il a été à deux doigts de perdre la vie après un accident avec délit de fuite. En 2013, c'est une collision en chaîne sur l'autoroute qui aurait pu lui ôter la vie.

Deux tumeurs


Mais Ian a aussi connu le pire. En 1998, on lui a diagnostiqué une tumeur au cerveau. "J'ai dit au revoir à mes enfants parce que je devais subir une lourde opération. Mais j'ai survécu." En 2015, c'est un autre cancer qu'il a dû combattre quand on a retrouvé dans son corps une tumeur à un rein. Les médecins ont dû procéder à une ablation.

C'est en 2006 que Ian s'est fait la plus grosse frayeur, après une crise cardiaque. "J'ai été emmené 17 fois en ambulance vers l'hôpital", dit-il presque en souriant.

"Je suis le mec le plus chanceux du pays"


Et parce que sa vie n'était décidément pas comme les autres, il a aussi été proche d'y passer lors d'un attentat à la bombe commis par l'IRA en 1996. Ce jour-là, il était au coin de la rue quand une bombe a explosé à quelques mètres, blessant 200 personnes.

Aujourd'hui, il a aussi échappé à une explosion au gaz. Le soir de la Saint-Valentin, il était sorti faire des courses quand l'immeuble voisin a été soufflé. "Notre bloc est construit juste à côté. Mais heureusement, rien n'a été détruit", raconte-t-il.

Face à autant d'épreuves, Ian préfère philosopher. "C'est fou, mais je pense que je suis le mec le plus chanceux du pays. Cela me fait une bonne histoire à raconter aux gens!"