Bannière
Bannière
Bannière

Interview/ Damantang Camara : ‘’je trouve insupportable d’avoir à justifier des termes que je ne n’ai pas émis et qui auraient été tenus au cours d’une conversation privée’’

  • PDF

Albert Damantang Camara est ministre de l’Enseignement technique et porte-parole du Gouvernement. A la veille de la 105è session du Bureau international du travail (BIT), nous l’avons interrogé… Interview.

 

Mediaguinee : Monsieur le Ministre, vous vous rendez à la 105ème session du BIT, quels vont être les sujets débattus cette année ?

Cette année la Conférence Internationale du Travail se penche sur le travail décent dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, le travail décent au service de la paix et de la résilience, l’évaluation de l’impact de la déclaration de l’OIT sur la Justice sociale pour une mondialisation équitable et les questions maritimes.

Nous sommes particulièrement intéressés par les thèmes qui posent, de manière transversale, la question du travail décent dans un contexte de mondialisation.


Notre pays veut s’industrialiser, notamment dans l’agro-alimentaire et les mines. Pour cela nous devons nous intégrer dans les chaînes de production internationales en apportant notre plus-value et en étant compétitifs, notamment en ce qui concerne le coût de la main-d’œuvre.

Il est établi que la valeur ajoutée par travailleur dans l’industrie en Afrique tourne autour de 11 000 USD alors qu’elle est de 36 000 USD dans les pays émergents.


Il fait donc envisager la « mondialisation » de notre industrie au regard de ces enjeux car notre devoir est également de ne pas sacrifier les droits des travailleurs sur l’autel de la productivité et de la compétition.

Quel sera alors la contribution de la Guinée à la réflexion sur ces sujets ?

Nous y travaillons. Nous souhaitons que dans les différentes commissions de travail à Genève, nos représentants, portent la voix d’un pays comme le nôtre qui veut s’industrialiser et compétir à l’échelle internationale. Nous avons des questions mais également des préoccupations pour qu’une approche équilibrée permette de tenir compte des exigences du travail décent dans un contexte compétitif.

Comment allez-vous concilier ces exigences, à priori contradictoires ?

Les principes fondamentaux du BIT reposent sur la consultation tripartite. Il faut que nous gouvernement, les employeurs et les travailleurs guinéens partagions d’abord une vision commune.

Certains thèmes exigent l’avis d’autres ministères que celui en charge du Travail. J’ai donc consulté d’autres départements sur le thème du travail décent au service de la paix et de la résilience. Les documents de travail ont également été partagés aux organisations syndicales et patronales pour qu’elles s’en inspirent et adoptent une position.

Nous prévoyons une réunion de synthèse à Genève avant les travaux en commissions pour nous accorder sur l’essentiel.

Monsieur le Ministre, une dernière question ; On vous prête des propos qualifiés d’ethnocentristes lors d’une conversation (…il coupe)…

Qui ne sont pas les miens ! Je trouve d’ailleurs insupportable d’avoir à justifier des termes, quels qu’ils soient, que je ne n’ai pas émis et qui auraient été tenus au cours d’une conversation privée. J’ai demandé et j’attends que l’auteur de ces propos les rectifie.

 

Un article de mediaguinee.com