Bannière
Bannière

Rentrée scolaire / DPE de Kankan : "Nous sommes prêts" (Interview)

  • PDF

A l'instar des autres préfectures de la Guinée, la rentrée scolaire a eu lieu ce lundi 9 novembre dans la ville de Kankan. Dans quel état d'esprit les cours reprennent-ils dans cette ville ? Kaloumpresse.com a rencontré Sarammoudou Kourouma, Directeur préfectoral de l’Éducation de Kankan. Entretien exclusif...

 

Kaloumpresse.com : Bonjour monsieur le DPE de Kankan. Les cours reprennent ce lundi sur toute l'étendue du territoire guinéen. Ici à Kankan, comment vivez-vous cette rentrée ?

 

M. Sarammoudou Kourouma, DPE de Kankan: La nouvelle a été accueillie avec joie. Et même si on maintenait l'ouverture des classes à la première date, c'est-à-dire le 5 octobre, nous serions prêts.


En clair, vous êtes donc fin prêts ?

 

Nous sommes guidés par un tableau des périodiques. Et fort de ce tableau, on n’a pas été surpris. C’est notre travail et on est là pour ça. Cette date, on l’accueille avec joie et nous sommes prêts à tout faire pour que tout le monde soit en poste et commence le travail comme indiqué.



La reprise des cours intervient alors que la Guinée n'est toujours pas déclarée libre d'Ebola. Quelles sont les dispositions prises pour prévenir des cas dans les écoles de Kankan ?



L’expérience de l’année dernière est évidente. Nous avons pris toutes les dispositions. Toutes nos écoles de quelque niveau que ce soit, publiques et privées, élémentaires, primaires et secondaires sont dotées de kits de préventions sanitaires. Dans toutes les écoles on a installé les kits qui sont dotés du chlore ou de savons et le système de lavage de mains est de rigueur. Je pense qu'avec cette façon de faire qui nous a mis à l’abri de cette sale maladie l’année dernière, nous serons cette année encore à mesure de résorber cette crise-là. Et je souhaite que chacun l’applique comme indiqué pour qu’on en finisse définitivement avec ce mal.



Comment expliquez-vous la pléthore des effectifs dans les salles de classe au niveau de la préfecture de Kankan ?


On n’a jamais souhaité qu’il y ait pléthore dans les écoles. Mais c’est dû à un manque d’infrastructures scolaires. S’il n’y a pas d’infrastructures on ne peut pas envoyer de mobiliers ni d’enseignants. Le point de départ, c’est d'abord l’infrastructure. Mais aujourd’hui  les choses s'arrangent par rapport aux années précédentes. Progressivement, on continue à maitriser ces effectifs pléthoriques dans nos écoles.

 

En quoi faisant par exemple ?

 

Par exemple, il y a une construction en hauteur qui est en train d'être réalisée au lycée Morifindjan Diabaté. Aussi, des écoles privées telle que Cosnak et N’Bemba Touré sont en train de se développer. On est en train de résorber effectivement cette crise tant au niveau des infrastructures de l’Etat qu’au niveau des privées. Ce sont des initiatives que nous saluons et je crois les effectifs pléthoriques seront un jour des souvenirs.

 

Quels sont défis du second mandat du président Alpha Condé dans le secteur éducatif à votre avis ?

Son plébiscite au premier tour de l'élection présidentielle est le résultat de ce qu’il a fait pendant son premier mandat. Et j’espère qu’il va continuer ces activités qui vont réellement emmener la Guinée à s’inscrire dans le cercle des pays émergents. Je ne ferai que formuler mes vœux les meilleurs pour que Dieu puisse lui accorder la chance, la prospérité et l’occasion de réussir dans la résurrection de tous les projets qu’il ambitionne pour le peuple de Guinée.


Monsieur le Directeur préfectoral de l’Éducation, merci


C'est à moi de vous remercier.



Entretien réalisé par Mamoudou Sadan Kéita, Correspondant régional de Kaloumpresse.com, à Kankan

+224 620 348 314