Bannière
Bannière
Bannière

Un marabout mauritanien refuse 100 mille dollars du président Alpha Condé (Le calame)

  • PDF

Dochliya, un petit village situé à quarante kilomètres au nord de Mederdra le Mardi 03 Juillet, vers dix heures. Un Hélicoptère de l’armée de l’air mauritanienne se pose sur un terrain situé au nord du village gardé par des éléments du Basep.

 

Quatre personnes  descendent. Un homme de teint foncé portant des lunettes et qui semble être une éminente personnalité passe en revue tout en en saluant le groupe de personnes venues l’accueillir.

 

Juste après, il s’engouffre dans une Toyota V8 qui fonce vers le sud-ouest du village. Un peu plus tard, la voiture s’arrête devant une petite et modeste maison en zinc entouré d’une clôture de grillage. Trois parmi ce groupe entrent dans la concession alors qu’on ordonne aux autres de rester dehors. On fit assoir les trois visiteurs sans aucun protocole dans une petite cabane de fortune sur une petite natte en plastique. C’est là qu’ils vont attendre d’être reçus par l’illustre personne  qu’ils se sont déplacés de Nouakchott pour rencontrer…

L’une de ces personnes qui attendent patiemment leur tour, n’est pas n’importe qui. Il s’agit du président guinéen Alpha Condé. Ce dernier a demandé aux autorités mauritaniennes de lui organiser un voyage afin de pouvoir rencontrer l’apôtre de Dochliya, Mohand Baba. Ce voyage a été organisé par les services de la présidence sans que les autorités locales ne soient avisées.

Rares sont ceux qui ne connaissent pas l’illustre Mohand Baba ould Meine. Le savant, médecin, poète, penseur, historien, sociologue, ethnologue pour ne citer que ceux-ci parmi ses nombreuses qualités. Ce modeste moine, pas du tout concerné par la vie d’ici-bas, habite une contrée lointaine qui est devenue la destinée quotidienne de nombreuses personnes venues des différents coins du pays. La plupart de ces visiteurs cherchent a se faire soigner de maladies incurables. D’autres viennent chercher le savoir. D’autres sont tout simplement à la recherche de la Baraka du saint homme.

L’illustre hôte guinéen a attendu à peu près vingt minutes en compagnie de l’homme d’affaires, Hassen ould Mouknass et du point focal du marabout : Yacoub ould Mohamed Moussa. Ce sont ces derniers qui ont tout fait pour la réussite de cette rencontre. Finalement, la mince silhouette du Cheikh Mohand Baba est apparue. Il porte comme d’habitude une bouilloire et n’est habillé que d’un vieux boubou de «Chegga ». Lorsqu’il s’est approché, le groupe s’est levé. Il leur fait signe de la main et s’arrête pour dire asseyez-vous. S’ils n’avaient pas obéi, le saint savant aurait aussitôt rebroussé chemin car par modestie, il ne veut pas qu’on se lève pour le saluer…

Il s’assoie, souhaite la bienvenue au président et commence comme c’est toujours le cas à bombarder son visiteur de questions sur tous les sujets. Ils ont eu un entretien qui a duré près d’une heure de temps en présence des deux hommes déjà cités. Après avoir entendu la requête du président, il lui a demandé pourquoi l’avoir ciblé particulièrement car il y a beaucoup d’autres marabouts. Le président lui répond qu’il désire depuis longtemps le rencontrer spécialement. Mohand Baba lui a imploré Allah a lui accorder sa bénédiction et d’accomplir ses vœux. Il lui a aussi remis comme cadeau une bouteille de parfum. Pour le rassurer sur le plan sécuritaire, il s’en est parfumé et a demandé a Hassen et Yacoub d’en faire autant. Le président Condé lui répond que ce n’était pas la peine car il a une confiance totale en lui et a rappelé une sagesse qu’il lui avait confiée au début de la rencontre que rien ne peut se faire sans la volonté d’Allah. Ensuite, le président propose une « Hedia » (don) au Cheikh. Il s’agit de la bagatelle de cent mille dollars que Mohand Baba a refusés poliment, l’informant que durant toute sa vie, il n’avait pris quoi que ce soit avec quiconque. Il a demandé qu’on veuille bien expliquer cela à Monsieur le président pour qu’il ne s’en formalise pas.

Lire la suite sur lecalame.info