Bannière
Bannière
Bannière

Vers l'ouverture d'enquêtes sur les promoteurs de violence sur les réseaux sociaux

  • PDF

Le ministre guinéen des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby, a prévenu dimanche qu'il saisirait le parquet pour l'ouverture d'enquêtes contre tout citoyen qui se livrera à l'apologie de la violence via les réseaux sociaux.

 

S'exprimant sur les médias d'Etat, Mamy Diaby a déploré les appels à la violence de plus en plus récurrents dans le pays à travers les nouveaux médias.

 

"Nous assistons à une utilisation malheureuse et déplacée des réseaux sociaux", a-t-il introduit, avant de rappeler que l'Etat guinéen déploie tous les moyens pour le développement des infrastructures de télécommunications pour booster le développement socioéconomique du pays.


Malheureusement, a poursuivi le ministre des Télécoms, ce à quoi on assiste en Guinée est un usage hors norme pour des fins parfois politiques ou inavouées.

 

Le ministre a prévenu en outre que l'exercice de la liberté d'expression est encadré par des lois. "Il existe des lois qui interdisent un certain nombre de comportement liés à l’incitation à la haine, l’apologie du terrorisme au tribalisme ou à l’appel au soulèvement", a-t-il souligné.

 

Et de conclure : "Tout citoyen qui se rendrait coupable d’incitation à la violence de publication de vidéos de nature à portée atteinte à la quiétude sociale se verra traduit devant les cours et tribunaux".

 

Avis aux amateurs de violences sur les réseaux sociaux.


Par Mamady Fofana