Bannière
Bannière
Bannière

Grève des enseignants : le président appelle à une trêve

  • PDF

Le président Alpha Condé a appelé lundi nuit les syndicalistes du secteur de l'éducation à observer une trêve sociale pour permettre la reprise des cours et la poursuite des négociations.

 

Via une adresse à la Nation, le président de la République s'est voulu, on ne peut plus clair. Les crises syndicales et post-électorales auxquelles la Guinée fait face depuis plusieurs semaines doivent être résolues. Chaque acteur doit faire preuve de concession et de compréhension vis à vis de l'autre. Et cela, "sans passion, ni calcul", selon les propos du numéro un guinéen.


"Je voudrais solliciter de tous les différents partenaires sociaux, une trêve sociale pour que nous consacrons toutes nos énergies, toutes nos compétences à éviter des crises devenues récurrentes et cycliques ainsi qu’à créer de la richesse pour endiguer dans notre pays la pauvreté", a-t-il déclaré.

 

Le chef de l'Etat a exhorté à un véritable sursaut national. Il a demandé de privilégier l’intérêt du pays.

 

Exprimant sa préoccupation face à la grève des enseignants et ses conséquences pour tout le pays et son système économique, Alpha Condé a appelé à renouveler la confiance dans le gouvernement et en lui-même.

 

Dans un autre registre qui s'apparente à un méaculpa, il a exprimé sa détermination à jouer le rôle qui est le sien pour combattre la gabegie financière et économique, la corruption et l’impunité.

 


"La violence n’est pas une solution", a lancé Alpha Condé, regrettant au passage les pertes en vie humaine enregistrées ces derniers temps.

 

Enfin, il a réitéré sa détermination rétablir et entretenir le dialogue. "Ce dialogue se poursuivra dans les jours à venir", a-t-il dit.

 

Par Elie Camara