Bannière
Bannière
Bannière

Grève du SLECG: Rencontre courtoise en Alpha Condé et les syndicalistes, mais la grève se poursuit

  • PDF

Le chef de l'état le Pr Alpha Condé et le leader syndical Aboubacar Soumah se sont rencontrés mardi soir au palais Sékhoutouréyah, dans le but de désamorcer la crise sociale suite à la grève lancée il y a deux semaines par une branche dissente du SLEG (Syndicat libre des enseignants de Guinée) Le président guinéen, on s'en souvient avait qualifié la branche syndicale du sieur Soumah de ''rebelle'' et  donc ''d'illégal'', depuis que ce dernier est en conflit ouvert avec ses collègues du même mouvement syndical.

 

En le recevant ce soir, certainement en suivant à la lettre les  conseils de son Conseiller personnel le ministre d'état Tibou Kamara, le président de la République a non seulement démontré que c'est encore Aboubacar Soumah qui tient la  barre, et qu'en dehors de lui, il n'y aurait aucun autre interlocuteur.

 

L'atmosphère était plutôt à la courtoisie au palais ont rapporté nos sources, même si Aboubacar Soumah et ses collègues pris dans un embouteillage en se rendant à l'invitation du chef de l'état sont arrivés avec un léger retard.

 

Le président Alpha Condé très détendu selon plusieurs témoignages, avait demandé à ses hôtes de prendre la parole et expliquer les problèmes internes au sein du SLEG, mais également  les raisons du débrayge.

 

''Le président Alpha Condé a voulu dans un premier temps savoir les problèmes internes. Donc, il a demandé à ce qu’on lui donne des explications sûres sur les problèmes qui nous opposent avec d’autres éléments du SLECG'' a expliqué Aboubacar Soumah à sa sortie du palais présidentiel.

 

Et de poursuivre que le chef de l'état a ''surtout voulu savoir la réalité sur ce qui se passe à l’interne du SLECG puisque les informations qu’il (Alpha Condé, ndlr) a reçues jusque-là n’étaient pas les meilleures. Donc, aujourd’hui, il nous a donné la parole pour que nous puissions lui donner toutes les explications pour qu’il soit véritablement situé sur la situation qui prévaut au niveau du SLECG''.

 

Après avoir longuement rappelé les problèmes qui assaillent le mouvement syndical, Aboubacar Soumah a aussi épluché la longue liste de revendications consistant à la majoration de 40% de salaires, avec retroactivité, un point de revendication qui selon lui est non-négociable.

 

Au terme des discussions, le président Alpha Condé a invité ses hôtes à la mise en place avec effet immédiat d'une commission composée des syndicalistes, mais aussi de son homme de confiance et Conseiller personnel Tibou Kamara, le ministre de l'énergie Taliby Sylla ainsi que le médiateur de la République, l'ancien Premier ministre Mohamed Said Fofana.

Cette commission devrait lui déposer des propositions concrètes et réalistes qui devraient être respectées par toutes les parties, afin d'éviter au pays une nouvelle crise.

 

Même si le leader syndical s'est dit ''très rassuré'' avec la présidence du ministre d'état Tibou Kamara dans la commission de négociation, il a toutefois rappelé à l'assistance que la grève n'était pas encore suspendue.

 

''Mon message à l’endroit des enseignants, c’est de leur demander de toujours resserrer les rangs, d'être toujours très vigilants et continuer à observer le mot d’ordre de grève. Lorsque nous allons avoir une issue heureuse à la satisfaction des enseignants, nous ferons un communiqué suspendant la grève ou levant la grève'', a conclu Soumah.

 

Alpha Camara

Gatineau, Canada