Bannière
Bannière
Bannière

Grosse pagaille autour du déjeuner de presse du Président Alpha Condé

  • PDF

Plusieurs dizaines de journalistes qui devaient prendre part à un déjeuner de presse offert par le président Alpha Condé ce vendredi 5 janvier n'ont pu avoir accès au repas présidentiel. La faute à une grosse faille dans l'organisation. Le film de l'évènement.

 

C'est à 13h que les journalistes invités se sont présentés à l'accueil de Sèkhoutoureyah. Pour un rendez-vous fixé à 14h, on ne pouvait demander mieux. Mais ils sont priés d'attendre. Sous une chaleur de plomb, les représentants des associations de presse font pied de grue pendant une heure environ.

 

A 15h, la réception entame les appels. Quelques deux à trois (selon les listes sont appelés) avant que la décision ne tombe. "Le Directeur du Bureau de presse de la Présidence de la République a ordonné l'arrêt des appels", confie un agent de sécurité.

 

Pourquoi ? Demandent des journalistes laissés sur le carreau, les visages stupéfaits et renfrognés.

 

"Le président de la République est déjà dans la salle", rétorquent les éléments de sécurité.

 

Très vite, l'ambiance bon enfant et l'idée de partager un repas avec le Chef de l'Etat cèdent la place à l'indignation généralisée.

 

Le Directeur du protocole d’Etat arrive au pas de course et invite la sécurité à accélérer la procédure pour permettre aux invités de rejoindre le palais. Trop tard. Il apprend que l'ordre a été donné par le directeur du bureau de presse d'arrêter tout.

 

Il repart sur la pointe de pied. Quelques journalistes qui parviennent à joindre le directeur Moussa Cissé par téléphone sont autorisés. Mais la majorité est prié de débarrasser le plancher.  Ce qui est fait dare-dare.

 

Faute de pouvoir festoyer avec Alpha Condé, certains confrères se tourneront vers des carottes crues que proposait une vendeuse ambulante devant la Cour d'appel qui jouxte Sèkhoutoureyah. Avant de se quitter non sans se lancer, sur fond d'humour, un "bon appétit".

 

Par Fanta Bah