Bannière
Bannière
Bannière

Le gouvernement guinéen veut mettre de l'ordre chez les sages-femmes

  • PDF

Le gouvernement guinéen travaille sur un projet de Loi portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Ordre National des Sages-femmes et Maïeuticiens. La démarche vise à mieux organiser les sages-femmes en vue d'améliorer la qualité des soins et l’accès aux services de santé maternelle néonatale et infant- juvénile.

 

Dans le domaine sanitaire la Guinée affiche un grand besoin en matière de recrutement et d'encadrement des sages-femmes. Ce secteur stratégique en matière de santé maternelle évolue dans l'anarchie absolue.



Les chiffres officiels publiés par le gouvernement font état d'un besoin de 2 356 selon les normes de l’OMS.

 

"Mais la Guinée n’a seulement que 902 sages-femmes employées par l’Etat, soit un déficit de 1 454 sages-femmes", d'après le ministre de la santé et de l'hygiène publique Abdourahman Diallo (Photo) cité par le gouvernement.

 

Plus grave encore dans cette situation, 2/3 employées sont en service dans la capitale Conakry et dans les grandes villes de la Guinée. Des agglomérations dans lesquelles ne vit que 15% de la population.


C'est donc pour inverser cette tendance que le gouvernement, à travers le ministre de la Santé, a élaboré le projet de Loi  portant création et fonctionnement de l’Ordre National des sages-femmes.



Selon le ministre Diallo il s'agit de faire de cet Ordre un véritable organisme professionnel, administratif et juridictionnel de régulation de la profession de sages-femmes.

 

"Il permet de faciliter le développement, la gestion, le recrutement, le déploiement, le maintien, la valorisation et le suivi de la pratique des sages-femmes dans leurs lieux de travail", a-t-il souligné.

 

Un communiqué gouvernemental indique que la création d’un Ordre National des Sages-femmes et Maïeuticiens de Guinée a été approuvé par le Conseil des ministres du jeudi 13 juillet sous réserve de sa mise en forme juridique.

 

Par Fanta Bah